Skip to main content

Portail Francophonie

Site d'actualité sur la francophonie et les collections francophones à la BnF

Afrique sub-saharienne

Africultures

Le magazine Africultures était en cessation de paiement depuis le 23 janvier 2018.

Depuis le 23 février 2018, le tribunal a accordé à Africultures une première période d’observation d’une durée de 6 mois. Cela grâce à la mobilisation publique et aux engagements institutionnels (mairie de Paris notamment).

Les publications papiers publiées par Africultures sont suspendues, l'équipe de rédaction est en partie licenciée.

Avec plus de 14 000 articles, entretiens, chroniques, critiques, analyses, reportages, portraits, ce site est une vraie mine d'informations sur la vie artistique africaine, notamment auprès des  Africains qui constituent plus de 50% des internautes du site. Signez donc la pétition de soutien ou faites un don.

Parmi les signataires :

  • Amadou et Mariam (musicien-ne, chanteur-euse)
  • Pascal Blanchard (historien, ACHAC)
  • Caroline Blache (documentariste)
  • Malek Bensmaïl (réalisateur)
  • In Koli Jean Bofane (écrivain)
  • Tanella Boni (Poète, Philosophe, Professeure)
  • Boubacar Boris Diop (écrivain)
  • Maryse Condé (écrivaine)
  • Julien Delmaire (poète, slameur, romancier)

TV5 Monde dans la bataille de la francophonie en Afrique

Le mercredi 20 juin, l'émission de radio de France Inter l'instant M, animée par Sonia Devillers, proposait un entretien avec Yves Bigot, directeur de la chaîne francophone internationale TV5 Monde accessible dans 198 pays, à destination de 74 millions de francophones. Yves Bigot s'exprimait sur les programmes de TV5 Monde, ses moyens, mais aussi la concurrence notamment en Afrique.

Il annonçait aussi la diffusion à partir du 26 juin, de la série camerounaise River Hôtel, 52 épisodes réalisés par Didier Ndenga et qui bénéficie d'un casting prestigieux notamment les musiciens congolais Fally Ipupa et Lokua Kanza, et la comédienne Habi Touré.

L'intrigue : Marco Mfalme, un riche homme d’affaires congolais, ancien enfant des rues, prospère dans l’hôtellerie. De son côté, l’inspecteur de police Jeff soupçonne Marco d’utiliser ses immeubles et hôtels pour blanchir l’argent issu d’un trafic de diamants… Du pur divertissement.

La comédienne Habi Touré, au casting de River Hôtel. © Gabonreview

Prix littéraires du Salon international du Livre d’Abidjan 2018

La 10e édition du Salon international du livre d’Abidjan (Sila)  ayant pour thématique « Le livre vecteur des identités culturelles »,  s'est tenue du 16 au 20 mai 2018 au Palais de la culture de Treichville sous l’égide de Maurice Kouakou Bandaman, ministre de la Culture et de la Francophonie. Un des pionniers de la littérature ivoirienne, Charles Nokan, en était l'invité d'honneur.

L’Association des éditeurs de Côte d’Ivoire (Assedi) est à l'initiative de cette fête du livre pour la promotion de l’industrie du livre en Côte d’Ivoire et dans l’espace africain francophone.  Le commissaire général du salon, Ange Félix N’Dapkri  annonçait à l’AFP, cette édition « est spéciale, car il s’agit de célébrer la littérature, avec l’objectif de faire partager le goût de l’écriture et de la lecture guidée et conseiller les amoureux du livre dans leur choix » .

Six prix ont été décernés :

  • le Grand Prix Bernard Dadié de littérature générale a été décerné à Serge Bilé, journaliste-écrivain pour son dernier essai romancé  Boni (Kofiba éditions, 2018)
  • Le Prix national Bernard Dadié du jeune écrivain revient à Seydou Gougna pour Toutankhamon, la légende de l’enfant pharaon (Classiques Ivoiriens, 2017)
  • Le Prix Jeanne De Cavally pour la littérature enfantine a été décerné à Serge Grah, pour La veste de Grégoire (Vallesse Edition)
  • Le Prix de poésie Paul Ahizi, a été attribué à Soro Benjamin.
  • Le Prix Sila de l’édition est remporté par Valesse édition pour la qualité de fabrique du livre Tristesse au paradis de Grâce Minlibé.
  • Le Prix Sila de la relève a distingué l’Ecole Primaire Publique de Cocody Danga et le Collège moderne de Bingerville.

Le "Prix Sila des médias" n’a pas été attribué. Selon David Mobio, le président du jury, les articles manquent d’originalité. « Les œuvres ne sont pas assez lus par les journalistes » . Ce prix récompense le meilleur journaliste culturel, critique littéraire qui, par la qualité de ses articles et analyses, accompagne, participe et soutient efficacement la promotion du livre en Côte d’Ivoire.

Autres ouvrages des auteurs primés disponibles dans les collections BnF du Haut de Jardin :

Projet de restitution des biens culturels pillés sur le continent africain

Le 5 mars 2018 , deux experts, Bénédicte Savoy, historienne de l'art française et Felwine Sarr, écrivain et universitaire sénégalais ont été désignés pour mener une mission d'étude sur la restitution (temporaire ou définitive), aux pays d'origine du patrimoine africain, ramené dans des institutions culturelles françaises pendant la colonisation.

Ils devront présenter leurs propositions à Emanuel Macron d'ici fin novembre 2018.

« Il faut certainement que le droit se mette à penser des formats juridiques qui correspondent à notre désir de justice et de justesse dans nos relations avec le continent africain et dans nos relations intercontinentales. Le droit devra inventer sans doute des solutions, comme il a pu en inventer pour des biens spoliés pendant l’époque nazie par exemple », a expliqué Bénédicte Savoy.

Cette mesure  fait suite à la rencontre entre Emmanuel Macron et le président béninois Patrice Talon, qui avait fait la demande officielle d’une restitution d’une partie du patrimoine béninois dès juillet 2016.

Selon les spécialistes, les oeuvres concernées ont été volées dans des musées africains, des universités, des villages ou des sites archéologiques. Le musée du Quai Branly à Paris serait concerné par ces restitutions.

Statue royale mi-homme mi-requin du roi Behanzin, dernier roi d'Abomey, Musée du quai Branly © wikimedia commons

La littérature de jeunesse en Afrique

Les 22 et 23 novembre derniers, s'est déroulé à Conakry, en avant première du Salon International du livre pour la jeunesse, un colloque sur la littérature de jeunesse en Afrique.

Il était organisé par les éditions Ganndal (de Guinée) en partenariat avec l'Association des auteurs de littérature de jeunesse. Editeurs, bibliothécaires, écrivains, libraires, diffuseurs issus de plusieurs pays africains, de France, du Canada, de Madagascar, étaient présents pour exposer leur travail et leur réflexion.

La littérature de jeunesse africaine est actuellement en plein essor,  représentée par de nombreux auteurs et éditeurs talentueux. Le livre était au coeur des débats mais aussi le smartphone et la tablette, qui apparaissent  comme de nouveaux supports de lecture qui pourraient palier certaines difficultés d'accès au livre papier. Un état des lieux de l'offre numérique pour la jeunesse est dressé dans ces actes.

Tout au long des 57 pages de ce document, les différents intervenants de ce colloque livrent une réflexion passionnante sur la littérature de jeunesse en général et sur la littérature de jeunesse en Afrique en particulier.

A lire absolument !

Dons de livres

Est-il utile de faire des dons de livres aux pays africains ? C'est à cette question que répond la journaliste et écrivaine Kidi Bébey dans un récent article du Monde Afrique.

Au-delà des bonnes intentions des donateurs, ce procédé aurait un effet secondaire néfaste : celui de freiner - voire d'empêcher - l'émergence d'éditeurs africains. Les dons de livres européens tendent à faire concurrence aux éditeurs locaux qui peinent dès lors à trouver leurs acheteurs. Pourtant, ceux-ci ont des catalogues riches et diversifiés.

C'est pourquoi, certains éditeurs se sont regroupés afin de faire connaître leur production, comme par exemple le Pavillon des Lettres d'Afrique, qui est présent depuis deux ans dans les salons du livre de Paris (Livres Paris), Bruxelles et Genève. Le Pavillon des Lettres d’Afrique "est né de l’ambition de rassembler  les pays africains sur cet enjeu de promotion littéraire, pour aboutir à une mutualisation et une véritable synergie des nombreuses manifestations littéraires organisées sur le Continent [européen] et souvent méconnues du public et de la presse internationale. Il s’agit également de mettre en lumière aussi bien les jeunes talents, les auteurs résidants en Afrique, que les auteurs de renom", peut-on lire sur leur site Internet.

Autre exemple, le site African Books Collective qui vend en ligne des livres africains en français, en anglais et bien sûr en langues africaines, dans toutes les disciplines.

Ci-dessus, un livre pour enfant édité par "Ruisseaux d'Afrique", maison guinéenne. © Ruisseaux d'Afrique