Skip to main content

Portail Francophonie

Site d'actualité sur la francophonie et les collections francophones à la BnF

Asie / Pacifique

Référendum en Nouvelle-Calédonie

Le référendum sur l'avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie se tiendra le 4 novembre 2018.

La question qui sera posée aux électeurs  sera la suivante : « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? », avec un bulletin « oui » et un bulletin « non ».

Ce référendum est fixé depuis l'accord de Nouméa, signé en 1998 sous l'égide de Lionel Jospin. L'accord comprenait le transfert de certaines compétences de la France vers la Nouvelle-Calédonie (hormis la défense, la sécurité, la justice). Il comprenait aussi un scrutin d'autodétermination, qui devait se tenir au plus tard en décembre 2018.

Si le oui l'emportait, ce serait une première depuis l'indépendance de Djibouti en 1977 et du Vanuatu en 1980. Si le non à l'indépendance l'emportait, deux autres scrutins seraient envisagés par la loi.

Vous pouvez lire les deux articles ci-dessous pour plus d'information.

Terre de mémoires

Un paquebot dans le port de Nouméa en 2016. Flickr

La chaîne Nouvelle-Calédonie 1ère propose sur son site Internet le replay de l'émission Terre de mémoires qui se consacre à l'étude de nombreux sujets tels que le tourisme, le logement, l'exploitation du nickel, l'agriculture, les îles de Nouvelle-Calédonie, etc...

L'émission puise dans ses images d'archives, que vient ensuite éclairer un invité spécialisé sur le sujet.

En tout, ces 110 émissions (de 2014 à maintenant) d'une durée d'une heure, permettent de mieux connaître l'histoire et l'actualité du Caillou.

Lettres mauriciennes

La revue littéraire Siècle 21  vient de publier son denier numéro (d'une centaine de pages) consacré à la littérature mauricienne.

L'île Maurice surnommée « l’Ile écriture » par Jean-Marie Gustave Le Clézio, compte 1,2 million d'habitants. On y parle majoritairement le français et l'anglais mais aussi le tamoul ou l'hindi. Elle est le berceau de nombreux écrivains francophones : Edouard Maunick, Jean Fanchette ou Jean Marie Gustave Le Clézio, prix Nobel de littérature en 2008.

Parmi les auteurs contemporains, citons Ananda Devi (Indian tango, Le sari vert,...), Shenaz Patel (Le silence des Chagos,...), Barlen Pyamootoo (Bénarès, L'île aux poissons venimeux,...) ou Natacha Appanah (Tropique de la violence, Le dernier frère,...).

Le site internet de RFI nous propose un entretien avec Catherine Servan-Schreiber, chercheuse au CNRS et à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, coordinatrice du dernier numéro de Siècle 21.

La revue Siècle 21 est disponible en salle G de la Bibliothèque François Mitterrand.

Ananda Devi recevant le prix Ouest-France Etonnants voyageurs pour Manger l'autre lors du festival Etonnants voyageurs en 2018 © Ouest-France, Thomas BrŽgardis

Musée en ligne

Fondé en 1863, le musée de Nouvelle-Calédonie vient de lancer un catalogue en ligne présentant environ 250 pièces issues de ses collections.

Cette base sera régulierement enrichie afin de donner accès à l'intégralité des objets conservés par le musée : 8 500 objets, répartis en plusieurs thèmes (ethnographique, historique, iconographique, histoire naturelle), à quoi s'ajoutent un millier d’œuvres prêtées par des particuliers ou des institutions.

Parmi les oeuvres, on trouve des objets kanak issus de la vie quotidienne, de la guerre ou des cérémonies.

On y trouve des objets provenants des îles proches, mais aussi des photographies, peintures, cartes postales et des documents sur l'histoire du bagne. Chaque pièce est présentée dans son contexte culturel, élément très précieux pour comprendre sa fonction et sa valeur.

« Le lancement de cet outil était très attendu par les enseignants, notamment pour l’enseignement de la culture kanak, et ce, conformément au projet éducatif de la Nouvelle-Calédonie », rappelle Marianne Tissandier, responsable des collections.

Ci-dessus, le musée de Nouvelle-Calédonie © Wikipedia

Portrait

Mexind est indonésien, il a 27 ans et il sort de l’ENA. Aujourd’hui, il travaille chez Airbus à Jakarta, en charge des Affaires Publiques. Dans un entretien accordé au Petit Journal de Jakarta, il raconte son parcours et sa vision de la France.

"Je ne parlais pas un mot de français mais j’aimais les langues, je parlais déjà l’anglais et l’espagnol car je suis né au Mexique – d’où mon prénom, et j’ai plus tard passé mon bac en Argentine ". Mexind se forme en 6 mois au concours d'entrée et est admis.

L'École Nationale d'Administration a été créée au lendemain de la seconde guerre mondiale par ordonnance du Gouvernement provisoire de la République française alors présidé par le Général de Gaulle.

L'école avait pour mission de "refondre la machine administrative française", principalement en démocratisant le recrutement des hauts fonctionnaires d'État, grâce à la mise en place d’un concours d’accès unique à la Fonction publique.

L'École offre aussi des formations s'adressant à des fonctionnaires ou des étudiants étrangers. Depuis plus de 60 ans, l'ENA accueille des élèves étrangers, en provenance de tous les continents, recrutés par le réseau des ambassades. Plus de 3 300 élèves étrangers ont déjà été formés.

Bâtiment de l'ENA à Strasbourg. © ENA

Idées lecture

Jean-Marie Djibaou, une parole kanak pour le monde, d'Eric Waddell

Histoire et mémoire des temps coloniaux en Polynésie française, de Bruno Saura

Nouvelle Calédonie : émotions couleurs, de Stanislas Fautré et Sylvie Bednar