Skip to main content

Portail Métiers du livre

Le site de ressources et d'information de la BnF sur les métiers du livre

Les Conversations de l'Arsenal #7 (Matières premières)

Anaïde Fleig

Récentes activités d'Anaïde Fleig :

BRODERIE
2020 : Redemption - Paris
2019 : Céline - Paris

BRODERIE : PÉDAGOGIE
2021 : Stages et initiations à la broderie - Montreuil
2021 : Enseignante DNMADE Textile option Broderie - Nogent-sur-Marne

BRODURE : CRÉATION RELIURES BRODÉES
2020 : Brodure pour le Salon du livre rare et de l'objet - Grand Palais, Paris
2019 : Atelier d'initiation à la Brodure - Atelier Commode - Montreuil-sous-Bois
            Commande reliure de création brodée Bibliophile - Paris
            Brodure pour l'exposition XII FIRA - ARA Suisse, Nyon

RELIURE : PÉDAGOGIE
2020 : Initiation à la reliure brodée - AAAV, Chatou
            Conférencière pour le cycle « Matières premières » - Bibliothèque de l'Arsenal, Paris
2019 : Jury pour le prix Jeune reliure de création  - ARA France, Paris
             Maître de stage - Élèves de l'école Estienne - Montreuil-sous-Bois

RELIURE : ÉVÈNEMENTIEL EXPOSANTE
2020 : Salon du livre rare et de l'objet d'art - Grand Palais, Paris
            Exposition XIIe FIRA - Nyon (Suisse)

CONCOURS
2020 : Lauréate Régionale du Concours Ateliers d'art de France - Île-de-France


Site web : https://www.anaidefleig.com
Ateliers : Espace Danton
45 rue Danton
93100 Montreuil

Antoine Amarger

Diplômé de l’Ecole Boulle (atelier de ciselure sur bronze) en 1977, de l’Ecole Nationale des Arts décoratifs (atelier volume) en 1980. Travaux de taille de pierres dures de 1981 à 1984 avec Ernst Scheubeck à Paris et à Idar Oberstein (Schmucksteinschleiferei Albert Leyser). Diplômé de l’Institut de formation des restaurateurs d’oeuvres d’art (atelier sculpture) en 1989. Pensionnaire à la villa Médicis (1990/91) pour une recherche sur le thème de la conservation des sculpture de plein air, en particulier des fontaines. Premier prix national de la SEMA en 2004, chevalier des Arts et Lettres.

Artisan indépendant depuis 1989 en France et compagnie Amarger conservation inc. de 1991 à 1998 au Québec. Travaille pour le musée du Louvre, le musée Picasso, le musée Matisse, le musée Rodin, le musée national d’Art moderne, le C2RMF, la Délégation aux Arts plastiques, la Caisse nationale des Monuments historiques, le chateau de Versailles, les villes, entre autres, de Paris, de Montréal et de Buenos-Aires.

Responsable de l’atelier Arts du métal à l’IFROA à St Denis de 1996 à 2000. Enseignant ponctuel à l’Institut National du Patrimoine et à l’Ecole du Louvre, intervenant pour des stages de formation professionnelle en France, en Suisse, au Brésil et en Argentine. Membre du conseil scientifique de l’INP.

Réalise études préalables et expertises techniques. Intervient au niveau structurel (renfort ou remplacement des armatures, soudures, compléments par moulage, copies tous matériaux...), et au niveau superficiel (nettoyages, peintures, patines et protections).


Ateliers : 25 Avenue Reille 75014 Paris
et Vallée de Courtineau 37800 Saint Epain
antoine.amarger@orange.fr

Siloë

Enlumineure du XXIe siècle, Siloë travaille avec des techniques et matériaux anciens (pigments liés selon une recette familiale inspirée de Van Eyck, glaire d'œuf pour poser l'or à la feuille, parchemin) et des produits plus récents comme la gouache technique ou le papier « peau d'éléphant ».
Après avoir obtenu un master d'Histoire de l'art à la Sorbonne, portant sur les représentations angéliques à la Renaissance, Siloë (Nathalie Poulain selon l’état-civil), issue d'une famille d'artistes, perfectionne sa technique dans l'atelier de Statis Faraklas, enlumineur et iconographe.
Convaincue que le livre reste irremplaçable comme objet source de plaisir esthétique aussi bien qu’intellectuel pour tous les âges, Siloë tient à montrer que l'enluminure a toute sa place dans la vie du livre contemporain. C’est pourquoi elle en réalise en collaboration avec des particuliers : il s’agit d’un livre « sur mesures » illustrant les textes préférés des commanditaires pour servir de compagnon de route et soutien personnel ou pour composer un cadeau exceptionnel. Siloë a aussi pour projet de créer une collection de livres illustrés relatant l'aventure de l'écriture et de l'illustration de livres en Occident de l'Antiquité à nos jours. La dizaine de titres pressentis  s’appellerait « Les Riches Heures de l'enluminure » et puiserait dans les trésors des contes et légendes. Une alternative consisterait à réaliser des kits titre par titre permettant au lecteur initié de réaliser son propre manuscrit enluminé en suivant les modèles et les conseils de Siloë.
Admirant la force symbolique et de l'inventivité déployées dans l'art héraldique (ouvert à tous depuis le XIIe siècle), Siloë propose aussi des blasons.
Siloë partage son savoir-faire et sa passion pour l'art de l'enluminure, le dessin et la miniature russe dans les cours ou les stages qu'elle anime toute l'année.
Artiste aux multiples facettes, elle crée aussi des bijoux en pierres fines avec le souci du détail et de la finition caractérisant l’ensemble de son travail.


Site web : http://www.atelier-siloe.fr
Atelier : 44 rue Dareau 75014 Paris
atelierdesiloe@gmail.com

Découvrez ou redécouvrez une personnalité, un livre, un lieu, un événement qui font vivre les métiers du livre

Le livre : Matières premières - Le Textile

Le livre : Matières premières - Le Textile : conférence à la bibliothèque de l'Arsenal, par Cécile Brossard, restauratrice experte au département de la Conservation BnF et Anaïde Fleig, relieure brodeuse, 02/03//2020

Cliquer sur l'image


Deux questions à Anaïde Fleig, relieure brodeuse

Question 1 : En quoi les restrictions sanitaires ont-elles modifié votre travail, à titre personnel, et au niveau de vos relations avec vos fournisseurs et vos clients? Mettent-elles en danger votre activité?

Le premier impact de cette crise sanitaire aura été la fermeture temporaire, voir définitive pour certains, des magasins de fournisseurs. L’inaccessibilité des matières premières m’a imposé un temps d’arrêt dans mon travail. Ce qui a bien évidemment eu une incidence sur les délais de rendu fixés avec mes clients. Le second impact aura été et reste, la suppression de tous les évènements culturels : expositions, salons, conférences… Cette décision impacte avec force la continuité et la pérennité du travail mis en place. Ces évènements sont les moment de mise en lumière du travail d’un artisan. Ils assurent la présentation de nouveaux projets et permettent de consolider les liens et les échanges avec d’actuels mais aussi futurs clients. Cette absence de rencontres, d’appréhension et de représentation des créations, invisibilise et rend incertaine la continuité et le renouvellement des commandes.

Question 2 : Avez-vous mis au point de nouvelles procédures professionnelles liées à la crise, et parmi ces nouveautés, pensez-vous en garder certaines même après la crise sanitaire ?

La crise implique de repenser tout ce qui a trait à la mise en place de cours, de stages et de workshops. Ceux-ci doivent prendre en compte les couvre-feux, les distanciations sociales et les normes d’hygiène liées à cette crise sanitaire. Ces nouveaux paramètres m’ont contrainte ainsi que tous les artisans présents dans mon atelier partagé, de mettre en place une communication et des normes d’hygiène conséquentes.

Le livre : Matières premières - Matériaux précieux

Cliquer sur l'image

Le livre : Matières premières - Matériaux précieux. Conférence à la bibliothèque de l'Arsenal, par Louisa Torres, conservatrice à la bibliothèque de l’Arsenal, BnF et Antoine Amarger, restaurateur expert, spécialisé dans les métaux, 9/02-2020


Deux questions à Antoine Amarger, restaurateur


Question 1 : En quoi les restrictions sanitaires ont-elles modifié votre travail, à titre personnel, et au niveau de vos relations avec vos fournisseurs et vos clients? Mettent-elles en danger votre activité?

Alors en ce qui me concerne, les restrictions sanitaires ont présenté majoritairement un caractère positif. L’opportunité de fréquenter dans des conditions extraordinaires les institutions pour lesquelles j’ai pu continuer à travailler, par exemple œuvrer dans un parc du château de Versailles quasiment désert. Et puis aussi trouver un peu de calme bienvenu par rapport à l’agitation habituelle (moins de circulation automobile, moins de sollicitations inutiles). Mon activité n’a pas été mise en danger à ce jour parce que je travaille soit pour des institutions pour lesquelles les conséquences du confinement ne se feront sentir qu’à partir de cette année 2021, soit pour des clients riches, catégorie sociale qui sort en général plutôt renforcée des crises économiques ou sociales.  

Question 2 : Avez-vous mis au point de nouvelles procédures professionnelles liées à la crise, et parmi ces nouveautés, pensez-vous en garder certaines même après la crise sanitaire ?

Je n’ai pas mis au point de nouvelles procédures professionnelles. J’ai même à vrai dire évité d’en mettre au point, parce que je n’en éprouve pas le besoin et parce que j’utilise les outils numériques avec parcimonie. L’imprévu et l’adaptation au jour le jour modèlent mon quotidien depuis trente ans. Jusqu’à présent les choses se font, ou ne se font pas, assez naturellement. Pas forcément besoin de se rassurer avec des procédures, protocoles et autres labyrinthes virtuels. La vie nue et crue c’est chouette.

Le livre : Matières premières - Ors et couleurs

Le livre : Matières premières - Ors et couleurs : conférence à la bibliothèque de l'Arsenal, par Laure Rioust, conservatrice au département des Manuscrits, BnF, et Siloë, artiste enlumineure, 24/02/2020

Cliquer sur l'image


Deux questions à Siloë, enlumineure


Question 1 : En quoi les restrictions sanitaires ont-elles modifié votre travail, à titre personnel, et au niveau de vos relations avec vos fournisseurs et vos clients? Mettent-elles en danger votre activité?

L'annulation de ce cycle de conférences est un bon exemple du préjudice porté à mon activité par la crise sanitaire car l'enseignement et la transmission de l'expérience de mon métier représentent une part importante de mon activité et m'apportaient une source régulière de revenus jusqu'ici. Lors du premier confinement cela a été un coup d'arrêt à tous mes cours, stages et ateliers extérieurs prévus de longue date mais aussi à des projets d'exposition de façon très brutale. 
J'ai continué à créer bien sûr des enluminures et des blasons ces derniers mois : notamment durant le premier confinement la prière de l'artisan façon heures noires bien d'actualité... Et pendant le second confinement  la prière à saint Étienne car j'étais confinée à Saint Etienne de Maurs dans le Cantal et la municipalité a fait un article sur moi. Ainsi que ma carte de vœux et le blason que je peignais en fin d'année.
 

Question 2 : Avez-vous mis au point de nouvelles procédures professionnelles liées à la crise, et parmi ces nouveautés, pensez-vous en garder certaines même après la crise sanitaire ?

Durant cette période j'ai  réalisé une sorte de journal de méditation publié chaque jour sur mon site et proposé un accompagnement à distance pour les élèves capables de travailler seuls chez eux. Deux fois par semaine je convoquais mes contacts à une conférence de 40 mn via l'application zoom sur l'histoire technique et stylistique de l'enluminure. J'ai continué ce cycle de conférences gratuites tout l'été. J'ai aussi ouvert un compte Instagram et un compte Twitter. À partir de la reprise des cours et stages en septembre, seul le tiers de mes élèves a osé se réinscrire et je n'ai eu pratiquement aucune demande pour suivre les stages du dimanche et du week-end alors qu'ils sont souvent complets à cette période. 
Lors du second confinement j'ai réalisé un journal de confinement manuscrit enluminé que j'ai partagé sur les réseaux sociaux. Je me suis aussi équipée d'une camera gopro et pris un abonnement professionnel auprès de l'application Zoom pour proposer des cours et des stages à distances.
Je compte développer dans la durée ces formations techniques et pratiques à distance en les ouvrant à un public étranger anglophone. Dans la situation actuelle, une des grandes difficultés reste de ne pouvoir monter des projets dans un moyen ou long terme puisqu'un reconfinement toujours possible peut tout anéantir et le couvre-feu m'empêche de proposer des cours du soir.

Images du cycle : Le livre, matières premières

Matériaux précieux : Évangiles d'Afflighem. Reliure d'ivoire et d'émaux, 12e-14e s.

Matériaux précieux : Reliure de velours frappé et brodé de fils d'argent, 14e s.

Le Textile : étoffes et broderies. Reliure et son étui pour Le Feu de Barbusse ainsi qu'un choix d '
« archives de la création » qui s'y rapportent, par Anaïde Fleig, 2017-2018

Le Textile : étoffes et broderies. Reliures brodées (18e s.) et à rubans (17e s.)

Ors et couleurs : Miniature de l'Annonciation, par Willem Vrelant, 15e s. ; Le livre du corps de policie, par Christine de Pisan, début 15e s. ; Théophile, prêtre et moine. Essai sur divers arts, publié par le comte de L'Escalopier, 1843

Ors et couleurs : Enluminures réalisées par Siloë, 21e s. ; matières et outils de l'enlumineur

Le Papier : Papiers du 18e s.

Le Papier : Papiers et couvrures du 18e s. ; jeu de cartes républicain de l'An II

Le Cuir : Reliures de cuir (veau et maroquin) des 16e et 18e s.

Le Cuir : reliures de cuir (veau et truie) des 15e et 16e s.

Le Parchemin : Reliures ordinaires des 16e, 17e et 18e s.

Le Parchemin : Reliure de réemploi (18e s.) d'un parchemin médiéval

Le Parchemin : Reliures précieuses des 16e et 17e s. ; reliure florale du 20e s.