Skip to main content

Portail Francophonie

Site d'actualité sur la francophonie et les collections francophones à la BnF

Accueil

Rapport sur l'état de la Francophonie numérique

Depuis le sommet de Kinshasa en  octobre  2012, les chefs d’État et de gouvernement de la Francophonie souhaitaient se doter d’une Stratégie de Francophonie numérique à l'horizon 2020, afin d'encourager la réflexion et faciliter la prise de décisisons.

C'est pour répondre à ce besoin que l'OIF publie tous les deux ans ce rapport, réalisé cette année par l’Institut du droit de l’espace et des télécommunications (Idest) et la Chaire Unesco « Pratiques émergentes en technologies et communication pour le développement » de l’Université Bordeaux Montaigne.

Il dresse un état des lieux du numérique dans l’espace francophone en regroupant en un seul document des statistiques et avis qualitatifs récents Il souligne l'importance de la coopération à développer pour les pays francophones dans ce domaine.

Sommet de la francophonie

Le sommet de la francophonie s'est tenu à Erevan en Arménie les 11 et 12 octobre 2018.

Le Sommet définit les grandes orientations de la Francophonie, examine les demandes d’adhésion de nouveaux pays membres et de modification de statut pour les autres. Il procède à l'élection du Secrétaire général de la Francophonie.

Le thème du Sommet était  «Vivre ensemble dans la solidarité, le partage des valeurs humanistes et le respect de la diversité: source de paix et de prospérité pour l’espace francophone». Pour avoir plus de détails sur ce vaste thème, vous pouvez consulter le programme du sommet.

Le site de TV5 Monde propose aussi un dossier très complet.

Maryse Condé reçoit le Prix Nobel alternatif de littérature

L'écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé (81 ans) a remporté le New Academy Prize In Literature, ou Prix Nobel alternatif de littérature. Elle a longtemps vécu en Guinée et au Ghana, puis en France; elle a enseigné aux Etats-Unis, notamment à l'université Columbia.

« Maryse Condé est l’une des plus importantes auteures francophones. Son œuvre a eu une influence significative dans les Caraïbes et sur le continent africain. Elle n’a eu de cesse de démontrer comment le colonialisme a transformé le monde, et comment ceux qui en ont souffert s’attelle à se réapproprier leur héritage », a déclaré la Nouvelle Académie. Elle a publié des pièces de théâtre (Pension les Alizés), des romans (Moi, Tituba sorcière, noire de Salem, La belle créole), des essais (La Parole des femmes : essai sur les romancières des Antilles de langue française) et même des livres pour la jeunesse. Son autobiographie, La vie sans fards, est parue en 2012.

« En France, je n’ai jamais eu le sentiment que l’on écoutait vraiment ce que j’avais à dire. Je suis habituée à être un peu marginalisée. Aussi, cela m’étonne que ce soit un pays tel que la Suède, un pays voisin de la France, qui estime que ce que je dis et ce que je suis est important. » a déclaré Maryse Condé à Jeune Afrique. « Pour une fois, on va parler de nous pour une bonne raison », a-t-elle ajouté.

En novembre 2017, suite à un scandale de harcèlement sexuel dans les rangs de l'Académie suédoise, les jurés du prix Nobel ont démissionné en série afin de montrer leur désapprobation avec les pressions qu'aurait subie une des accusatrices, elle-même jurée. L'Académie Nobel a donc décidé de ne pas remettre le Prix Nobel de littérature en 2018.

Une "Nouvelle Académie" composée d'intellectuels, a créé un prix alternatif. Parmi les 47 nominés, figuraient Paul Auster, J.K. Rowling, Elena Ferrante ou Amos Oz. Quatre finalistes se sont détachés : Haruki Murakami (Japon), Neil Gaiman (Royaume-Uni) et deux francophones, la française Maryse Condé et la canadienne Kim Thuy.

La cérémonie de remise du prix aura lieu le 9 décembre 2018. 

Maryse Condé © Wikipedia

Louise Mushikiwabo à la tête de l'OIF

C'est la Rwandaise Louise Mushikiwabo qui a ete élue à la tête de l'Organisation Internationale de la Francophonie ce vendredi 12 octobre.

La nouvelle secrétaire générale de l'OIF a 57 ans. Elle a étudié aux Etats-Unis, a été interprète d'anglais. Elle a ensuite été directrice de la communication de la Banque africaine de développement, puis ministre des affaires étrangères du Rwanda pendant 9 ans.

Sa candidature annoncée il y a quelques mois, et son élection aujourd'hui ont suscité beaucoup de débats. Parce que le Rwanda a adhéré en 2010 au Commonwealth (équivalent anglophone de l'OIF), parce que le français y est peu enseigné, comme le déclarent ces anciens ministres français (mais il y est toujours pratiqué), et surtout parce que le régime autoritaire du Rwanda cadre mal avec les volontés démocratiques et humanistes de l'OIF, ce que n'avait pas manqué de souligner Reporters sans frontières.

Malgré ces critiques, Louise Mushikiwabo était soutenue par la France ainsi que l'ensemble des pays africains, ceux-ci représentant 27 des 54 membres ayant droit de vote à l'OIF.

Par ailleurs, la secrétaire générale sortante, la Canadienne Michaëlle Jean, avait elle aussi fait l'objet de vives critiques : un bilan médiocre de son mandat et des dépenses personnelles inapropriées. Elle avait même perdu le soutien d'Ottawa ces derniers jours. Elle avait déclaré la semaine dernière "une organisation qui ruse avec les valeurs et les principes est déjà une organisation moribonde".

Louise Mushikiwabo © wikipedia

Jean-Marc Turine reçoit le Prix des cinq continents de la Francophonie 2018

C'est l'écrivain belge Jean-Marc Turine qui a reçu le Prix des cinq continents de la Francophonie, le 5 octobre pour son roman La Théo des fleuves (Fédération Wallonie Bruxelles) aux éditions Esperluete.

Il a été choisi parmi 10 finalistes, notamment 1994 de Adlène Meddi (Algérie) aux éditions Barzakh ou Bénédict de Cécile Ladjali (France / Iran) aux éditions Actes Sud. Le jeu de la musique de la canadienne Stéphanie Clermont s'est vu attribuer une mention spéciale.

Le prix a été remis à l'écrivain le 9 octobre 2018 en marge du XVIIe Sommet de la Francophonie, à Erevan, en Arménie. Jean Marc Turine vit et travaille à Bruxelles. D'abord enseignant, il est désormais romancier, cinéaste et producteur d'émissions sur France Culture.

La "Théo des fleuves", c'est Théodora, une Tsigane née en 1920 dans un pays de l’Europe de l’Est. Par un long retour en arrière, la vieille femme raconte sa traversée du siècle : la pauvreté, les errances, les guerres et le harcèlement de son peuple. "Par ce texte, j’ai désiré rendre hommage à ce peuple méprisé, maltraité partout en Europe et dire "non" à ce racisme primaire et tellement répandu : l’antitsiganisme", à déclaré Jean-Marc Turine.

La Théo des fleuves a d'abord existé en feuilleton radiophonique, diffusé par France Culture en 2017.

Une chaire "Mondes francophones" au Collège de France

L'écrivaine haitienne Yanick Lahens inaugurera la première chaire consacrée aux études francophones au Collège de France.

« Avec la création de cette chaire, le Collège de France souhaite donner une tribune et un nouvel espace d’enseignement et de recherche aux intellectuels et scientifiques majeurs des pays francophones. Il s’agitde faire entendre les voix riches et multiples qui œuvrent dans ces pays et à travers la langue française au développement de la science et de la pensée», a affirmé Alain Prochiantz, Administrateur du Collège de France.

Yanick Lahens, donnera sa leçon inaugurale, Urgence(s) d’écrire, rêve(s) d’habiter, le 21 mars 2019.

« La création de cette chaire par le Collège de France en partenariat avec l'AUF est d'une très grande importance parce qu'elle est le signe que, dans ce haut lieu symbolique du savoir qu'est le Collège de France, se pose la question de la nécessité de s'ouvrir à d'autres espaces, d'autres savoirs. Cette démarche est essentielle pour comprendre les enjeux du monde d'aujourd'hui. Un monde dans lequel nous sommes de plus en plus exposés les uns aux autres, où les imaginaires se sont complexifiés et où nous sommes appelés à ne plus être cloisonnés dans des frontières, une identité ou une langue. Quel meilleur choix pour éclairer ces mutations que de partir d'Haïti où le colonialisme s'est noué et s'est dénoué pour la première fois”, a déclaré Yanic Lahens.

Yanaick Lahens, âgée de 65 ans, a été enseignante et a écrit de nombreux romans dont  La Couleur de l'aube qui a obtenu le Prix FRO 2009, et Bain de lune, Prix Fémina 2014.

© Catherine Hélie / Gallimard

Prix de l'Académie française

L'Académie française a décerné plusieurs prix le 29 juin 2018.

Plusieurs ont récompensé des auteurs francophones, parmi lesquels :

- Georges Corm (Liban), spécialiste de géopolitique au Moyen-Orient, obtient le prix de l'essai de l'Académie française pour La nouvelle question d'Orient (La Découverte, 2017).

L'éditeur présente ainsi cet essai : "Une vaste littérature avait été produite à cette époque sur la 'question d’Orient', alors qu’il s’agissait en fait des rivalités implacables entre puissances européennes avides de se partager les vastes territoires de l’Empire ottoman. Cet ouvrage rétablit les continuités et les ruptures entre cette ancienne question d’Orient et la 'nouvelle question d’Orient', débutant après la Seconde Guerre mondiale et donnant naissance à son tour à des violences ininterrompues, aujourd’hui à leur paroxysme".

 

- Michel Tremblay (Canada) a été récompensé par le Grand Prix de la francophonie, destiné à couronner «l’œuvre d’une personne physique francophone qui, dans son pays ou à l’échelle internationale, aura contribué de façon éminente au maintien et à l’illustration de la langue française».

Cet immense auteur écrit depuis 1964 des pièces de théâtre, des romans, des scénarios, ancrés dans la vie quotidienne des Québécois, réhabilitant par ailleurs, le joual, le parler populaire de Montréal.

 

 

- Kamel Daoud (Algérie) a reçu la grande médaille de la francophonie. Parmi les récipiendaires, figurent Assia Djebar (1999) ou Stromae (2016).

Journaliste pendant 20 ans au Quotidien d'Oran, dans lequel il aborde des sujets polémiques en Algérie, Kamel Daoud se fait connaître du grand public avec son roman Meursault contre-enquête, qui obtient le Prix Goncourt du premier roman en 2015. ll reçoit le prix Jean-Luc Lagardère du journaliste de l’année en 2016 pour ses chroniques dans le Quotidien d’Oran et Le Point. Zabor ou les psaumes décroche le Prix Méditerrannée en 2018.