Skip to main content

Portail Francophonie

Site d'actualité sur la francophonie et les collections francophones à la BnF

Accueil

Le cinéaste Idrissa Ouedraogo est mort

Le cinéaste burkinabé Idrissa Ouedraogo s'est éteint le 18 février à Ouagadougou.

Idrissa Ouedraogo en 2007 © Cines del Sur Granada Film Festival

Agé de 64 ans, il avait abordé dans sa quarantaine de films, des thèmes délicats comme les mariages arrangés, la vie des femmes, ou la condition des "sorcières" en Afrique.

«Je déplore que l’image du tiers monde et de l’Afrique en particulier, véhiculée au cinéma, à l’étranger et même par certains cinéastes africains, soit trop souvent exclusivement liée à la misère des hommes. La joie, l’amour, la haine, le combat optimiste qui sont des éléments universels, ne doivent pas être exclus», avait-il déclaré dans une interview.

Grand Prix du Jury à Cannes pour "Tilaï" en 1990, Prix du meilleur court-métrage au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) en 1981 pour "Poko", voici quelques uns des nombreux prix qu'avaient reçu ses films.

Cycle Edouard Glissant

La Bibliothèque publique d'information (BPI) à Paris organise un cycle de trois conférences intitulé Edouard Glissant : réel et utopie.

Elles seront animées par  le philosophe François Noudelmann et regrouperont des interventions de Romuald Fonkoua, Celia Britton, ou Françoise Simasotchi-Bronès, entre autres.

Edouard Glissant. Source : wikimedia commons

Les trois conférences :

  • Édouard Glissant : une philosophie de la relation (le 26 février 2018)
  • Édouard Glissant : une nouvelle philosophie de l'identité (le 12 mars 2018)
  • La philosophie esthétique d'Édouard Glissant (le 16 avril 2018)

aborderont l'oeuvre de l'écrivain caribéen du point de vue principalement philosophique et littéraire.

Ateliers de conversation en français

Le français n'est pas votre langue maternelle et vous souhaitez mettre en pratique vos connaissances en français ? La Bibliothèque nationale de France vous invite à participer à un atelier de conversation.

Conçu comme un moment convivial animé par les bibliothécaires de la BnF, cet atelier n’est pas un cours de français, mais un espace d’échange, suivi d’une présentation des ressources présentes à la bibliothèque et d’une démonstration du labo FLE en salle G.

L’atelier s’adresse aux personnes possédant déjà des bases en langue française (un niveau intermédiaire est recommandé à l’oral).

Condition d'accès : entrée libre dans la limite des places disponibles (15 personnes maximum par atelier)

Horaires : tous les mardi et jeudi de 18h15 à 19h30 (sauf en juillet-août : que le mardi)
Durée : 1h15
Prix : gratuit
Renseignements : contact.FLE@bnf.fr
Pour tout renseignement : site François-Mitterrand, hall Est, à l'Aquarium (à côté de l'espace salon).
Inscription : sur place, hall Est à l’accueil, 15 minutes avant le début de l’atelier

Ateliers de conversation

Le documentaire Atelier de conversation, du réalisateur autrichien  Bernhard Braunstein, est sorti en France le 7 février 2018.

Il filme les cours de conversation en français que donne gratuitement la Bibliothèque Publique d'Information à Paris aux apprenants de français. Le réalisateur qui a lui-même suivi ces ateliers, a voulu montrer cet "endroit où il y avait le monde entier, c’était très fort de voir ça, c’était comme un voyage autour du monde dans une même pièce".

Ces cours de langue accueillent des personnes de tous les pays et de toutes les classes sociales : étudiants, réfugiés politiques, hommes d'affaires, retraités...d'Afghanistan, des Etats-Unis, de Chine. Ils sont en France pour quelques mois ou pour toujours ; ils découvrent la France et surtout la langue française. Une chose les unit : ils viennnent dans les ateliers pour s'entraîner à parler avec un bibliothécaire dont le français est la langue maternelle. C'est le lieu où s'échangent les anecdotes, l'histoire personnelle de chacun et les points de vue car chaque atelier est consacré à un thème : la crise économique, l'amour par exemple.

Pour les Français, ce film est aussi l'occasion de redécouvrir leur propre pays. Ainsi, on apprend, au fil des "portraits", qu'il est choquant pour un Afghan de voir des gens dormir dans la rue, ou que ne pas travailler le dimanche est pour une Chinoise, un bienfait inattendu.

Nous vous informons que la Bibliothèque nationale de France propose aussi des ateliers de conversation.

Tricentaire de la fondation de la Nouvelle-Orléans

La Nouvelle-Orléans fête en 2018 les 300 ans de sa fondation.

Né à Montréal, alors colonie française, Jean-Baptiste Le Moyne, Sieur de Bienville, fonde en 1718 la Nouvelle-Orléans, nommée ainsi en l'honneur du régent Philippe, duc d'Orléans. La ville devient un bourg commercial exportant vers l'Europe des peaux et fourrures fournies par les Amérindiens ainsi que du tabac.

Elle compte 4 900 habitants en 1785 et le français est alors la langue officielle.

Cédée à l'Espagne puis reprise par la France, la ville est définitivement vendue aux États-Unis, avec la Louisiane, par Napoléon Bonaparte en 1803.

La culture française peut encore se lire dans l'architecture, la gastronomie ou dans la langue. Une petite communauté de francophone, les Cajuns, y parle un français aux nombreux régionalismes.

Pour fêter cet anniversaire, la ville organise de nombreuses festivités, outre le fameux carnaval qui se tient chaque année : des concerts, un french film festival, et même une "Tricentennial Fête des Fromages" en novembre.

Le consulat de France à la Nouvelle-Orléans organise tout au long de l'année des célébrations.

La cathédrale Saint Louis, construite à partir de 1789 par les Français. Source wikimedia commons

Mon idée pour le français

Le 26 janvier, à l'initiative du président français Emmanuel Macron, une grande consultation sur la promotion de la langue française et du plurilinguisme dans le monde a été lancée.

Une plateforme active jusqu'au 20 mars 2018 et disponible ici permet de recueillir toutes les idées pour moderniser l’usage du français. Parmi les idées proposées, de nombreuses suggestions concernent l'apprentissage du FLE et le rôle des lycées français à l'étranger. D'autres anonymes proposent plus de coopération entre entreprises francophones, des échanges linguitiques, ainsi que l'étude de la littérature francophone.

La consultation se poursuivra lors d’une conférence internationale pour la langue française et le plurilinguisme dans le monde. Elle se tiendra les 14 et 15 février à Paris et réunira des acteurs de la société civile et des jeunes citoyens de plusieurs nationalités.

La synthèse des propositions permettra d’élaborer un plan pour une meilleure diffusion du français qu'Emmanuel Macron présentera le 20 mars, journée internationale de la francophonie.

Débat autour de la francophonie

Depuis la nomination de Leïla Slimani conseillère personnelle du chef de l'Etat français sur la francophonie, un débat est né sur le rôle du français dans le monde et sur la littérature francophone.

La jeune femme déclare que « La France doit être à l'avant-garde de l'apprentissage du français, misant sur le grand plan pour la langue française » que Emmanuel Macron présentera le 20 mars 2018, lors de la Journée internationale de la francophonie.

Alain Mabanckou, quant à lui, déclare dans une lettre ouverte au président Macron que "la Francophonie est malheureusement encore perçue comme la continuation de la politique étrangère de la France dans ses anciennes colonies", la fameuse Françafrique.

Entre en scène l'écrivaine franco-ivoirienne,Véronique Tadjo qui revient sur la lettre d'Alain Mabanckou, nuançant plusieurs points. Elle juge que cette critique est juste mais qu'elle ne doit pas empêcher la poursuite du développement de la langue française, qui reste aussi une langue de cohésion en Afrique (et ailleurs dans le monde).

Les trois liens ci-dessous vous aideront peut-être à élargir le débat.

Francophonie économique

Existe-t-il une francophonie économique ? C'est la question que se posent deux journalistes dans des articles récemment parus, l'un dans Le Soleil, l'autre dans l'Acadie Nouvelle.

Lorsqu' il y a deux ans, Michaëlle Jean était élue à la tête de l'Organisation Internationale de la Francophonie, elle avait fait de l'économie un axe fort de son programme. Sa feuille de route prévoyait de "bâtir une fondation pour la construction d'une francophonie économique". Isidore Kwandja Ngembo revient, dans un article paru dans Le Soleil, sur ce bilan à mi-mandat. Comment construire une politique utile à tous dans une communauté qui regroupe des pays développés et des pays en développement ?

De son côté, Bruno Dumont, expert belge en commerce international, revient sur les atouts économiques de l'aire francophone.

Il présente par exemple le cas de la construction aéronautique où le canadien Bombardier est présent au Maroc, et où Airbus a des usines en Tunisie et au Maroc. Nombres de pays francophones coopèrent déjà les uns avec les autres. Il souligne aussi qu'"il est important pour nos commerçants et industriels de pouvoir traiter dans une langue commune, car non seulement les subtilités se comprennent mieux dans une langue maternelle, mais surtout en cas de litige, les droits sont différents".

Il présente aussi tout le potentiel économique de l'Afrique francophone.

Crédit image : Pixnio

Terre de mémoires

La chaîne Nouvelle-Calédonie 1ère propose sur son site Internet le replay de l'émission Terre de mémoires qui se consacre à l'étude de nombreux sujets tels que le tourisme, le logement, l'exploitation du nickel, l'agriculture, les îles de Nouvelle-Calédonie, etc...

L'émission puise dans ses images d'archives, que vient ensuite éclairer un invité spécialisé sur le sujet.

En tout, ces 110 émissions (de 2014 à maintenant) d'une durée d'une heure, permettent de mieux connaître l'histoire et l'actualité du Caillou.

Un paquebot dans le port de Nouméa en 2016. Source Flickr