Skip to main content

Portail Francophonie

Site d'actualité sur la francophonie et les collections francophones à la BnF

Maghreb

Leïla Slimani parle de son nouveau roman

Le nouveau roman de Leîla Slimani, Le Pays des autres, vient de paraître. Il s'agit du premier tome d'une trilogie qui se base sur l'histoire de sa famille.

Tout débute pendant la seconde guerre mondiale au cours de laquelle son grand-père Amine, un Marocain venu combattre en Alsace, rencontre sa grand-mère, une jeune française.

Ce couple inhabituel s'installe sur les terres d'Amine, chacun tiraillé entre ses origines et son "peuple".

Kaouther Adimi nous raconte son dernier voyage en Algérie

Le magazine Géo demande régulièrement à des écrivains de nous raconter un voyage qu'ils ont fait.

Le lac Agoulmime de Tikjdal (dans le Djurdjura en Algérie) © Wikipedia

Le 26 décembre, c'était au tour de l'écrivaine algérienne Kaouther Adimi de partager avec les lecteurs un périple fait il y a une dizaine d'années avec sa famille. Juste avant de partir pour Paris afin de poursuivre ses études, ses parents l'embarquent dans un périple en voiture dans le Djurdjura.

Mahi Binebine reçoit le Prix Méditerranée 2020

undefined

Le 8 juin, l'écrivain marocain Mahi Binebine a reçu le prix Méditterranée 2020 pour son roman Rue du pardon, paru l'an dernier.

La jeune Hayat habite Rue du pardon à Marrakech. Mal aimée car née blonde, Hayat va pourtant trouver un guide en la personne de Mamyta, une danseuse orientale, un métier très mal vu au Maroc. "En vérité, il existe deux faces de Mamyta a priori contradictoires : celle de la ménagère transparente que vous pourriez croiser le matin dans une artère adjacente à la rue du Pardon, au souk, avec son panier en doum, ou simplement en promenade sur la Grand-Place, puis il y a l’autre, celle de la diva en caftan scintillant qui vous troublera le soir d’un mariage, d’une circoncision ou dans l’une de ces soirées privées que les hommes, mélancoliques, évoquent à demi-mot sur la terrasse d’un café".

En 2010, Mahi Binebine avait reçu le prix du Roman arabe pour Les Étoiles de Sidi Moumen.

L'Italien Giosuè Calaciura a reçu quant à lui le prix Méditerranée dans la catégorie roman étranger pour son roman Borgo Vecchio.

La cérémonie de remise des prix aura lieu le 3 octobre 2020 à Perpignan.

Le 18ème sommet de la Francophonie est reporté à 2021

undefinedLe sommet de l'OIF qui devait se tenir à Tunis les 12 et 13 décembre 2020 a été reporté, ont déclaré le Président de la République tunisienne, Kais Saied, et la Secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, « en raison de la crise sanitaire qui touche aujourd’hui le monde entier et des nombreuses incertitudes qui en découlent ».

Ce 18ème sommet devait commémorer les 50 ans de l'OIF, créée en 1970 sous le nom d'ACCT (Agence de coopération culturelle et technique). Le sommet se tiendra donc en 2021 à Djerba, toujours en Tunisie.

Seul le thème retenu ne devrait pas changer : « Connectivité dans la diversité : le numérique vecteur de développement et de solidarité dans l’espace francophone ».

L'ancien logo du 18ème sommet de la Francophonie

Capitale africaine de la culture 2020 : Rabat remplace Marrakech à la dernière minute

Le continent africain a désormais ses capitales de la culture. C'est Marrakech qui devait inaugurer le concept en 2020. La ville avait organisé un vaste programme de manifestations culturelles qui devait commencer le 31 janvier et finir en décembre. Mais c'est finalement Rabat qui accueillera l'événement, à la dernière minute, à moins d'une semaine du début du mandat.

Marrakech, qui accueille déjà de nombreux événements culturels, dont le Marrakech du rire, le Festival du film de Marrakech ou la 1-54, plus grande foire d’art contemporain africain, avait de nombreux atouts pour lancer l'opération. Elle avait été choisie il y a plusieurs mois par le comité africain (le CGLUA) et atout supplémentaire, n'était pas une capitale administrative.

«Marrakech 2020 promet de s’offrir à ses invités pour faire culture ensemble, pour célébrer le continent dans sa pluralité et sa diversité et contribuer à l’écriture d’une histoire commune», confiait il y a peu, Younès Ajarraï, le directeur artistique de l’événement. Selon la presse marocaine, ce changement de ville serait une décision du roi Mohammed VI.

Quoi qu'il en soit, l'événement se tiendra tous les 3 ans dans une ville différente. Il semblerait que Dakar et Kigali soient désireuses de suivre l'exemple du Maroc en 2023...

Nouveautés en salle H

La vie lente

Abdellah Taïa

Maroc : la guerre des langues ?

Yassin Adnan et Mohammed Bennis

Le ciel sous nos pas

Leïla Bahsaïn

Maroc : petit guide des usages et coutumes

Jillian York