Aller au contenu principal

Portail Presse et médias

Suivre l'actualité de la presse et des médias, découvrir les outils de recherche dans la presse, s'informer sur le monde du journalisme

De « Dard/Dard » à « La Libre Belgique »

Dard/Dard

Semestriel

Dard/Dard se présente comme la revue « qui accélère la transition, butine le local et pique les consciences ». Ce semestriel de 160 pages a été créé en 2019 par les éditions de l’Attribut, maison d'édition indépendante qui publiait déjà Nectart, revue qui traite des mutations culturelles et numériques. Dard/Dard propose des clés pour comprendre la transition écologique et sociétale et se repérer parmi les initiatives de résilience, d'entraide et d'éthique écologique qui se mettent en place dans la société civile et les collectivités locales.

Le dossier de 30 pages explore les grandes thématiques de la transition écologique : mobilités, alimentation, transition énergétique, etc. « Territoire en transition » raconte les expériences des collectivités locales, tandis qu'entretiens croisés, portraits ou récits mettent en avant les « Hérauts en transition », personnalités médiatiques, associations ou acteurs anonymes de la transition écologique dans les territoires.

La Déferlante

Trimestriel

Créée et dirigée par des femmes, La Déferlante se propose de raconter les luttes féministes d'hier et d'aujourd'hui. Les fondatrices de la revue ont pour but de documenter et synthétiser les débats sur les questions féministes et de genre qui ont émergé de toutes parts depuis le mouvement « metoo » de 2017.  La Déferlante se revendique comme engagée et adopte une approche intersectionnelle, qui articule classe, genre et race pour penser les luttes sociales.

Sur 150 pages, entretiens croisés, reportages, témoignages, bandes dessinées et portfolios permettent de rendre compte de ces luttes et de faire dialoguer des personnes inscrites dans des courants intellectuels et militants divers. Un dossier thématique central décortique de grandes questions de société au prisme du genre : les deux premiers dossiers de 2021 sont consacrés à ces deux actes fondamentaux que sont « Naître » et « Manger ».

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

La Dépêche du Midi

Quotidien

 Quotidien régional publié à Toulouse, La Dépêche du Midi est sous-titrée depuis 1947 « le journal de la démocratie ». Le journal est dirigé par Jean-Nicolas Baylet, fils de l’ancien directeur, Jean-Michel Baylet, qui fut président du conseil général de Haute-Garonne pendant trente ans avant de devenir ministre de Manuel Valls entre 2016 et 2017. Il est édité par le groupe La Dépêche, propriétaire également du Midi olympique, journal consacré à l'actualité du rugby.

Né en 1870 sous le titre La Dépêche, le quotidien devient rapidement un puissant outil d’influence qui combat pour l’idéal républicain, dans sa version radicale et laïque. Des grands noms du journalisme comme Henri Rochefort ou Georges Clémenceau y ont signé des éditoriaux. Sanctionnée à la Libération pour collaboration, La Dépêche renaît en 1947 sous son titre actuel et sous la direction de Jean Baylet, député du Tarn-et-Garonne et membre du Parti radical. Dès les années 1950, La Dépêche du Midi s’affirme comme le seul support de presse quotidien de la région Midi-Pyrénées, ce quasi-monopole étant encore d’actualité aujourd’hui.

La Dépêche du Midi comporte quatorze éditions locales et est diffusée dans neuf départements de la région Occitanie. Avec 123 000 exemplaires diffusés en 2020, le titre se situe à la 11e place dans le classement 2019-2020 des quotidiens régionaux.

Les années 1875 à 1944 de La Dépêche sont accessibles dans la bibliothèque numérique Gallica.

3 derniers mois en accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Voir aussi

Des mots à la bouche : le journalisme gastronomique en France

Sidonie Naulin, Presses universitaires de Rennes, 2017

Le journalisme gastronomique en France, telle est l’enquête proposée par Sidonie Naulin. Cet ouvrage retrace l’histoire du journalisme gastronomique depuis sa naissance au XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. C’est à partir d’une enquête inédite faite d’entretiens, d’observations, d’études d’archives et de données quantitatives que cet ouvrage rend compte de la production de l’information gastronomique par les journalistes. Il s’attache aussi à analyser le marché contemporain de la presse gastronomique et ses transformations, liées notamment à l’émergence des blogueurs culinaires. L’ouvrage traite, pour finir, des journalistes gastronomiques eux-mêmes en se penchant sur leurs carrières, compétences et manières de travailler.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Le Devoir

Quotidien

 Quotidien francophone publié à Montréal, Le Devoir est fondé en 1910 par Henri Bourassa, homme politique et journaliste qui veut raviver le nationalisme québecois. Il promet de faire du Devoir un journal « d'opinion » et « d'échange d'idées ». La position du journal sur l'indépendance du Québec varie au cours des ans. Pendant les années 70  le journal prend position pour le fédéralisme, si bien que les nationalistes le quittent pour fonder un concurrent, Le Jour. Au moment du référendum de 1980 l'équipe du journal est divisée ; le directeur prend position pour le Non alors que trois journalistes signent des éditoriaux en faveur du Oui. En 1990 Le Devoir est le seul journal canadien à se déclarer pour le « oui ».

Le Devoir est l'un des premiers journaux québécois à se doter d'un site internet en 1997.

C'est aujourd'hui le dernier quotidien du Québec à avoir conservé son indépendance financière. En termes de diffusion il occupe la 4ème place des quotidiens canadiens derrière La Presse (publié uniquement en ligne), Le Journal de Montréal et Le Journal du Québec. Son lectorat s'est élevé en 2019 à 1,19 million lecteurs.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Dictionnaire amoureux de Joseph Kessel

 Dictionnaire amoureux de Joseph Kessel / Olivier Weber, Plon, 2019

Homme aux multiples vies, Joseph Kessel est l'objet de ce dictionnaire. Reporter pour les quotidiens Le Journal des Débats, Le Matin, Paris-Soir puis France-Soir, romancier, soldat, résistant, Joseph Kessel est un grand témoin du XXe siècle. Du Kilimandjaro à Kaboul, de Berlin à la Birmanie, il publie ses reportages dans la presse et dessine la figure de l'écrivain reporter aux frontières du récit de voyage, du docu-fiction et du reportage littéraire. Il est le témoin des grands événements de son époque comme la guerre d'Espagne, la Seconde guerre mondiale pendant laquelle il compose avec Maurice Druon Le Chant des partisans, le procès du maréchal Pétain, le procès de Nuremberg. Les multiples facettes de cette figure du journalisme sont évoquées au travers de cet ouvrage d'Olivier Weber, écrivain et grand reporter, lauréat du prix Joseph Kessel.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).
 

Dictionnaire des figures de style

 Dictionnaire des figures de style (2e édition) / Nicole Ricalens-Pourchot, Armand Colin, 2019

Qu'est ce que la prolepse ? Pourquoi recourir à la paronomase ? La Une du quotidien Libération recoure-t-elle au pérégrinisme ? Quelle est l'utilité de la polysyndète ? Oxymoron, apposition, antiphrase, anapodoton et d'autres figures de styles encore sont énumérées dans ce dictionnaire ! Cet ouvrage n'est pas un livre de pure linguistique. Il recense les figures de style, donne leur définition, leur étymologie et surtout des exemples de leur utilisation. Le tout est organisé selon un classement alphabétique et un classement thématique agrémenté de schémas.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Dim Dam Dom

Trimestriel

Dim Dam Dom est un nouveau magazine féminin français qui invite à ralentir, à prendre du temps,  à se libérer du bruit de la ville et de ses diktats. Lancé par Laurent Blanc, fondateur du groupe Ideat Editions (Ideat, The Good Life), le trimestriel Dim Dam Dom, qui emprunte son nom à l’émission de télévision culte des années 1960-70, propose un nouveau format, mix entre un magazine et un livre, « où chaque numéro se décline en tome et invite à la réflexion comme à la contemplation ».

Revendiquant le slow-living, ou vivre le moment présent et profiter de l’existence, et empruntant les formules sur l’éloge de la lenteur à Jean d’Ormesson, le magazine de 340 pages s’inspire de la culture de la slow-food, du slow-design ou de la slow-fashion pour proposer un nouveau luxe, s’occuper de soi, réfléchir,  appuyer sur pause, consommer les bons produits et cela à travers plusieurs rubriques : news, société, food, maison, mode et beauté, voyage, culture, toutes magnifiquement illustrées…de quoi rêver, contempler, méditer, s’évader sans limites !

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

L'Écho des savanes

L'Echo des savanes n°1Bimestriel

L'Écho des savanes est un magazine dédié à la bande dessinée lancé en 1972 par Claire Brétécher, Gotlib et Nikita Mandryka qui ont créé pour ce faire les éditions du Fromage. Dans sa première période (1972-1982), le journal est entièrement composé de dessins et devient un périodique phare de la bande dessinée pour adulte avec Charlie mensuel (lancé en 1969) et Fluide glacial (lancé en 1975). Cette période peut être considérée comme l'âge d'or du journal qui a accueilli, en plus de ceux de ses fondateurs, les dessins de Pétillon, Lob, Masse ou encore les versions françaises des dessins de Crumb et Wally Wood.

Racheté en 1982 par Albin Michel, le magazine laisse une plus large part au rédactionnel et à l'érotisme. Si cette nouvelle formule permet au titre de réaliser ses records de vente dans les années 80 et de lancer une éphémère formule hebdomadaire, les ventes déclinent progressivement et le titre disparaît en 2006. Il est relancé en 2008 par les éditions Glénat. 

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

The Economist

Hebdomadaire

 Magazine britannique d’actualité internationale, The Economist, qui tire à plus d'un million d'exemplaires papier, est diffusé pour 85% de ses ventes à l’extérieur du Royaume-Uni. Il a été fondé en 1843 par un chapelier écossais, James Wilson, avec l’objectif de faire abroger les lois protectionnistes sur le blé (« Corn laws ») qui avaient alors cours en Angleterre. Le magazine détenu aujourd’hui à 43 % par la famille Agnelli (propriétaire également de Fiat Chrysler automobiles et Ferrari) se revendique toujours en faveur du libre-échange. Sa politique éditoriale en atteste : promouvoir la « sagesse des marchés » et combattre toute intervention des pouvoirs publics. The Economist couvre sur une centaine de pages l’actualité et l'économie internationales, les sciences et technologies, les arts et la culture ; le journal est publié dans six éditions dont seule la couverture varie.

Une des particularités de The Economist, inchangée depuis 178 ans : les articles ne sont pas signés. Les journalistes travaillent dans l’anonymat pour favoriser l’esprit d’équipe, le collectif au sein de la rédaction.

6 derniers mois de l'édition européenne en accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

L'Éléphant

L'éléphantTrimestriel

Lancé en janvier 2013 par l'éditeur Jean-Paul Arif et la journaliste Guénaëlle Le Solleu, L'éléphant est une revue trimestrielle de culture générale. Ce mook de 160 pages aborde dans chacun de ses numéros des grands sujets historiques, scientifiques, artistiques ou encore géopolitiques. Ces dossiers sont agrémentés de jeux (quiz, mots-croisés, etc.) en lien avec les sujets traités. L'enjeu est de parfaire et tester ses connaissances grâce à la mémorisation. Pour cela, le laboratoire d'étude des mécanismes cognitifs de l'université Lyon II a participé à la conception de la revue. Le site lelephant-larevue.fr propose de nombreux contenus complémentaires à l'édition papier.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Émotions de journalistes

Émotions de journalistesÉmotions de journalistes : sel et sens du métier/  Florence Le Cam et Denis Ruellan, Presses universitaires de Grenoble, 2017

Émotions de journalistes : sel et sens du métier est un essai de deux chercheurs, Florence Le Cam et Denis Ruellan. Ce livre prend à témoin deux extrêmes : des reporters de guerre et des présentateurs de journaux télévisés. Vous découvrirez à travers ce récit l’attachement des journalistes à leur métier pour les émotions qu’il suscite et l’adrénaline qu’il procure. Les auteurs s’attachent à montrer que le ressenti n’est pas qu’un motif de satisfaction et qu’il est aussi et surtout un moyen de travail. Ressentir est le sel du métier, c’est un levier pour donner du sens avec acuité à l’activité de journaliste.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

L’Événement (Ouagadougou)

Bimensuel

L’Événement est un bimensuel burkinabé d’information politique fondé en mai 2001. Une partie de sa rédaction provient de l’hebdomadaire L’Indépendant, fondé et animé Robert Zongo, une des grandes figures du journalisme indépendant au Burkina Faso. L’Événement se réclame de la filiation de ce journaliste et opposant politique, assassiné en 1998, dont le rayonnement s’étendit sur toute l’Afrique de l’ouest. Très critique à l’égard du pouvoir (il a été suspendu de parution pour cette raison par le gouvernement  Burkinabé en 2016), L’Événement suit particulièrement les atteintes au droit d’expression, le recours à la censure, et les attaques subies par les journalistes indépendants dans l’ouest de l’Afrique. Il est connu pour ses dénonciations de la corruption dans l’appareil d’état, et pour ses appels à la fermeté face au terrorisme dans la zone sahélienne.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Faire du journalisme son métier

 Faire du journalisme son métier / Antoine Teillet et Yves Pariot, Studyrama, 2018

Quels sont les différents métiers du journalisme ? Les meilleures écoles pour y parvenir ? Les filières pour s’y former ? Les qualités indispensables pour s’engager dans cette voie ? Cet ouvrage offre de nombreux conseils pour la recherche d’emploi, la rédaction du CV, de la lettre de motivation, l’entretien, le salaire. Pour conclure, quelques témoignages et la liste des sites internet incontournables. Bref un petit guide complet, des conseils utiles pour ceux qui veulent se lancer dans la grande aventure du journalisme. Une troisième édition bienvenue pour ce métier qui doit s’adapter très vite à des problématiques toujours nouvelles !

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Fisheye

 Bimestriel

Fisheye est un magazine de photographie pluridisciplinaire qui s’adresse à tout le monde. Paraissant tous les 2 mois, ce titre aborde la photo par tous les biais : société, économie, histoire, mais aussi les tendances, la mode, l’art vidéo. Toutes les photographies sont abordées, du portrait à la photographie documentaire. Dans le numéro 32 de septembre-octobre 2018, un dossier est consacré au rôle de l’image dans la construction des fausses nouvelles, avec toutes les interrogations qui se posent du point de vue de la perception des images, du réel et du travail des photoreporters.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

 

 

La Fissure

 La Fissure / Carlos Spottorno et Guillermo Abril, Gallimard bande dessinée, 2017

Prenant la forme d'un roman graphique, La Fissure est un reportage photo réalisé entre 2014 et 2016 par Carlos Spottorno, photographe documentaire, et Guillermo Abril, grand reporter. Retraçant leurs voyages de la côte marocaine à la Finlande, les deux journalistes se sont concentrés sur les frontières entre différents pays, dans les centres d'hébergement, les postes frontières et les bases militaires qui s'y trouvaient. A travers le prisme des parcours saisissants de réfugiés, de bénévoles ou encore de soldats, les auteurs décrivent les conséquences humaines et géopolitiques des grandes fractures internationales (annexion de la Crimée, guerre en Syrie, attentats... ).  

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Fluide glacial vs Spirou, Spirou vs Fluide glacial

Édito vengeur, représailles à base de couverture salie pour le numéro de Fluide glacial de juillet ou de dessins parasites dans Spirou, les escarmouches se multiplient entre ces deux journaux. À tel point que Spirou a sorti le 5 septembre dernier un numéro spécial intitulé « Spirou vs Fluide glacial » suivi le lendemain d’une riposte du journal Fluide sous la forme d’un numéro « Fluide glacial vs Spirou ». Les 2 couvertures sont signées Tebo.

Ces 2 titres n’en resteront pas là et se défieront lors d’un match d’improvisation pendant la fête de la BD à Bruxelles le 15 septembre 2018. En cas d’égalité, l’affrontement final se réglera à coup de tartes à la crème.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Géo

  Mensuel

L'année 2019 marque le 40e anniversaire du lancement du magazine Géo en France, adaptation française du magazine allemand portant le même titre né en 1976. Mensuel consacré à la connaissance du monde, il enregistre une diffusion payée de 162 000 exemplaires par mois pour une audience mensuelle de plus de 4 millions de lecteurs. Originellement consacré au voyage, il s'est élargi depuis à d'autres thématiques comme l'évolution des sociétés ou la géopolitique, au travers d'enquêtes et de reportages, en laissant , avec un soin particulier, une grande part à la photographie. Au sommaire du numéro de septembre 2019, un reportage sur la ville de Vienne, un autre sur l'île de Skye en Écosse, l'art contemporain dans les vignobles, les fermiers du Karoo en Afrique du Sud.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Gibraltar

Irrégulier
La revue Gibraltar traite du bassin méditerranéen et des cultures de l’Europe du sud et de l’Afrique du nord. Créée en 2013 par  le journaliste et auteur toulousain Santiago Mendieta qui a longtemps travaillé pour Pyrénées magazine, la revue veut « jeter un pont entre deux mondes » aux liens étroits mais parfois fondés sur l’incompréhension. Conçue et réalisée à Toulouse, c'est une revue indépendante. Sous la forme d’un mook  au graphisme soigné et au papier épais, la revue, publiée à sa création deux fois par an et désormais irrégulière, propose 170 pages de reportages, récits dessinés, fictions ou portfolios photographiques. Histoire, sociétés, environnement, géographie, cultures, les thèmes traités sont très divers, mais toujours approfondis dans des articles fouillés et illustrés.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Gonzaï

Couverture GonzaïBimestriel

Lancé en 2013 grâce à un financement participatif, Gonzaï est un bimestriel dédié à la culture alternative. Il s'intéresse principalement à la musique, à la littérature et aux figures de la contre-culture. Évoquant le presse underground des années 70, il se caractérise par un ton volontiers provocateur et exige des personnalités interviewées de ne pas être en promotion. Gonzaï est la déclinaison papier du site gonzai.com fondé en 2007. Le magazine joue la complémentarité avec son parent numérique en ne traitant pas de l'actualité directe, domaine réservé du site internet, et privilégie les articles longs : interviews, portraits, récits et critiques artistiques.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Les grands articles qui ont fait l'histoire

Les grands articles qui ont fait l'histoire / présentés par Patrick Eveno, édition augmentée, Flammarion, 2019

L'histoire des journaux s'entrecroise avec la « grande » histoire, parce que la presse est conjointement source, témoin et acteur de celle-ci. Les médias sont en effet inséparables de la société dans laquelle ils évoluent : ils en sont le reflet, parfois déformé, tout en influant sur les actes des politiques etd es citoyens. Ce recueil d'articles est présenté par Patrick Eveno, enseignant spécialiste de la presse et président de l'Observatoire de la déontologie de l'information. De la période révolutionnaire aux « Gilets jaunes », il nous propose un parcours « à chaud » dans l’histoire de France : les temps forts et les grands débats y sont racontés et analysés par d’illustres journalistes, écrivains ou dessinateurs, de Mirabeau à Florence Aubenas, en passant par Jules Vallès, Joseph Kessel, Françoise Giroud et bien d'autres… Chaque article est précédé d'une introduction qui le replace dans son contexte.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Les grands patrons de journaux face à l'avenir

 Les grands patrons de journaux face à l'avenir : une enquête mondiale / Alain Louyot, éditions Odile Jacob, 2016

Alain Louyot, journaliste et ancien grand reporter et rédacteur en chef de L'Express dresse un constat pessimiste de la situation de la presse et du devenir des journaux « papier ». Avec la concurrence du Net, la publicité et les petites annonces n’arrivent plus à les financer et les journaux imprimés se vendent de moins en moins. Le secteur de la presse connaît des restructurations et de nombreux licenciements. Or un journal de qualité a besoin de moyens et d’effectifs. Pour faire face, la tentation est grande de tabler sur le sensationnel. Heureusement certains résistent et continuent à faire un travail de journalisme de qualité en misant entre autres sur la complémentarité entre le papier et le numérique.

Face à ce constat, Alain Louyot est parti à la rencontre des patrons des grands journaux de ce monde, symboles de la démocratie, pour comprendre comment ils résistent à la mutation et  s’adaptent pour maintenir une presse libre et indépendante. Son livre propose une série de reportages pleins d’anecdotes originales sur le fonctionnement des quotidiens étudiés : Der Spiegel, le Financial Times, l’Asahi Shimbun, le Washington post, La Repubblica, El Païs, Le Monde, Le Soir, etc.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Haaretz

Quotidien

Haaretz, en français « Le Pays », est un quotidien généraliste israélien en hébreu. Il est aussi publié en anglais. Le journal a été fondé en 1919. Basé à Tel-Aviv, sa ligne éditoriale est progressiste. Classé au centre gauche, le quotidien a toujours soutenu le dialogue israëlo-palestinien. C'est le journal de référence israélien, même si ce n'est pas celui qui a le plus fort tirage. Gershom Schocken en fut longtemps la figure tutélaire. Ayant émigré d'Allemagne en 1933, il en devient le rédacteur en chef en 1939 et le reste jusqu'à sa mort en 1990. Amira Hass est un autre grande figure de Haaretz ; cette journaliste qui s'est établi à Ramallah rend notamment compte de la vie de la population dans les territoires palestiniens. Le journal propose divers supplément sur l'économie, le sport, les loisirs. L'édition du vendredi propose en plus un magazine d'actualité.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Haïti liberté

Hebdomadaire

 Haïti liberté est un journal hebdomadaire d’information générale haïtien. Il a pour particularité d’être basé à New York où réside une importante communauté haïtienne. C’est un journal trilingue, français, créole et anglais. Il traite de l’actualité haïtienne : brèves, articles d’opinion, analyses politiques. Sa ligne éditoriale est progressiste. Sa rédaction principale est épaulée par des correspondants à Port au Prince et dans le reste de Haïti. Près de deux millions d’Haïtiens vivent en dehors de leurs pays d’origine. Le journal est distribué là ou se situent les plus grandes communautés : à New York dans le Queens et dans Brooklyn où il est principalement distribué par des vendeurs de rue, dans le New Jersey, en Floride, au Québec et en France.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics) et sur internet.

 

L'homme politique et la presse

 L'homme politique et la presse : de Camille Desmoulins à Émile de Girardin / dirigé par Philippe Bourdin, Presses universitaires Blaise Pascal, 2018

L’homme politique et la presse reprend en partie les interventions d’un colloque de 2016 sur les origines des relations entre l’homme politique et la presse. L’ouvrage porte sur la période comprise entre 1789, moment où la presse prend une nouvelle ampleur, et la Monarchie de Juillet, qui voit l’émergence de la presse non politique avec La Presse d’Émile de Girardin. Cette période va connaître une alternance entre des moments où l’on voit fleurir une diversité de journaux et d’opinions, avec l'essor de la profession de journaliste, et d’autres où règnent la censure, les procès et les délits de presse. Quelques grands noms sont évoqués : Jacques Hébert, le rédacteur du Père Duchêne, Camille Desmoulins, Jean-Louis Carra, Rosalie Jullien, mais également le journaliste catholique et libéral Laurentie et le monarchiste Louis de Bonald. C'est un moment où les journaux jouent un rôle déterminant dans l’émergence de personnalités politiques, agissent sur l’opinion publique et ouvrent aussi de brillantes carrières. Cependant la presse n'oublie pas de brocarder et de caricaturer les figures ainsi mises en exergue.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Voir aussi

Inédit

 Inédit : les histoires à l'origine des photographies / Steve McCurry. Phaidon, 2020

Membre de l’agence Magnum, le photojournaliste américain Steve McCurry s’est  notamment fait connaître auprès du grand public avec le portrait d’une jeune réfugiée afghane aux yeux verts, photo réalisée au Pakistan en 1984 et devenue depuis l’une des plus célèbres icônes de la photographie. À travers 14 reportages réalisés dans le monde entier, Inédit dévoile comment Steve McCurry a choisi et composé une centaine de ses images. Les notes prises au cours du reportage, les journaux de voyage du photographe et des photos inédites mettent en contexte sa démarche et son travail. Parmi les reportages ainsi décryptés et illustrés de très belles planches en couleurs : la mousson en Asie, les dégâts environnementaux dûs à la guerre du Golfe en 1991, le Yémen, les attentats du 11 septembre 2001, etc.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

L’information d’actualité au prisme des fake news

L’information d’actualité au prisme des fake news/ sous la direction d'Alexandre Joux et Maud Pélissier, L'Harmattan, 2018

L’ouvrage collectif L’information d’actualité au prisme des fake news se propose d’explorer l’impact des fake news sur l’information d’actualité, celle relatée par les journalistes, au moment où celle-ci semble fragilisée. Le livre ne porte pas directement sur les fake news, mais s’interroge sur la nature et les mutations du journalisme, en relation avec le développement de ce phénomène. Les concepts de vérité, de réalité et d’objectivité, le positionnement des journalistes et des rédactions face à la prolifération des fake news, les scénarios d’évolution du « marché de l’information », le rôle de la loi, le rapport du public à l’information, le rôle de l’éducation aux médias sont les différents thèmes abordés.

L’approche est transdisciplinaire : les auteurs, chercheurs en sciences de l’information et de la communication, mobilisent les apports de la psychologie, la philosophie ou la sociologie pour croiser les regards sur les questions posées. S’appuyant sur des analyses de cas concrets, l’ouvrage reste cependant facilement abordable et peut intéresser aussi bien le lecteur curieux de l’évolution du monde de l’information que le professionnel qui s’interroge sur sa pratique.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Voir aussi

Iran révolution

Iran révolution / Michel Setboun. les Arènes, 2019

Michel Setboun est l'un des rares photojournalistes à avoir couvert la totalité des événements de la révolution iranienne, de 1978 à 1981. Il est le témoin privilégié de la chute du shah Reza Pahlavi et de l'instauration de la première république islamique après le retour de l'ayatollah Khomeyni. Ses photos sont publiées dans la presse internationale de l'époque. Dans Iran révolution, plutôt que de republier ses photos telles quelles, Michel Setboun a voulu les retravailler par ordinateur, poussant les contrastes jusqu'à ne plus obtenir que du blanc et du noir. Ces photos, ainsi qu'il l'explique dans la préface de l'ouvrage, « devinrent des dessins au trait, comme de la calligraphie. Mon travail se transforma en une sorte de bande dessinée photo-graphique. » Ce livre permet de plonger dans cet univers singulier qui emprunte autant à la photographie qu'au dessin pour rendre compte d'un des événements majeurs du XXème siècle.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

The Irish Times

 Quotidien

The Irish Times est un quotidien irlandais qui existe depuis 1859. D’abord voix modérée des nationalistes protestants, il devient la voix des unionistes britanniques en Irlande dans les années 1910-1920. Le journal adopte une posture libérale et progressive à partir des années 1980. Le quotidien se consacre à l’actualité générale de l’Irlande et de l’Irlande du Nord. Les pages consacrées à l’économie épousent les thèses néo-libérales. Le contributeur le plus célèbre du journal est Brian O'Nolan plus connu en France sous le nom de plume de Flann O’Brien, qui de 1940 à 1966 et sous le pseudonyme de Myles Na gCopaleen, publia des billets humoristiques et satiriques en irlandais et en anglais dans la rubrique Cruiskeen Lawn.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

 

 

 

Le journal du Centre

undefinedQuotidien

Le journal du Centre se définit « comme un journal de proximité et un acteur de la vie locale ». Une édition, une zone de diffusion : le département de la Nièvre. Son tirage se chiffre à 21 667 exemplaires (décembre 2019, source OCPM/OJD). Créé en septembre 1944, il porte alors le sous-titre « La Nièvre libre ». Le groupe Express-Union dirigé par Jean-Louis Servan-Schreiber rachète Le journal du Centre en 1970. Depuis 1972, Il appartient au groupe de presse Centre-France, qui regroupe huit quotidiens, neuf magazines et une agence de presse. Imprimé à Clermont-Ferrand sur les rotatives de La Montagne, son siège est situé à Nevers. Le journal du Centre paraît 7 jours/7 et propose à ses lecteurs des informations d’actualités locales, une rubrique économie locale, des faits divers, des informations sportives régionales, un agenda culturel et des pages loisirs. Les pages « France et Monde », communes à tous les quotidiens du groupe Centre France, sont rassemblées en fin de journal.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrad, bibliothèque tous publics).

Le journalisme avant internet

 https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb455879078Le journalisme avant internet : au temps fou des grands reporters / José-Alain Fralon, La Tengo éd., 2018

Si vous vous demandez comment les reporters travaillaient avant internet, les téléphones portables et les réseaux sociaux…alors lisez ce livre ! José-Alain Fralon, ancien grand reporter au journal Le Monde et collaborateur régulier à la revue Schnock, raconte le quotidien des grands reporters et des journalistes locaux qui devaient trouver des moyens pour dicter et envoyer leurs articles à la rédaction… Le journalisme avant internet retrace leurs aventures, de la plus comique à la plus tragique, dressant le portrait d’une époque où la presse écrite avait les moyens d’envoyer des équipes aux quatre coins de la planète et dans les endroits les plus retirés de France. C’était aussi l'époque où les journalistes pouvaient prendre le temps de faire leurs reportages. Et comme nous dit l'auteur, « même aujourd’hui, au temps des Facebook et des fake news, c’[est] encore pas mal, le journalisme. »

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Les journalistes se slashent pour mourir

 Les journalistes se slashent pour mourir : la presse face au défi numérique : essai / Lauren Malka, Robert Laffont, 2016

Dans cet ouvrage, la journaliste Lauren Melka s'interroge sur la profonde transformation de son métier, à l'heure du journalisme 2.0. Toute-puissance de Google, information en continu, écriture rapide et simplifiée à l'extrême, réseaux sociaux, immédiateté et partage de l'information… L'essayiste  nous invite à réfléchir à l'évolution profonde et multiforme que connaît sa profession dans un essai vivant et original où elle fait dialoguer plusieurs personnages entre eux, confrontant ainsi les points de vue. Elle appelle à un débat autour des usages actuels de l'information, afin d'inventer un nouveau journalisme qui, tout en suivant la voie de Joseph Kessel, soit "ouvert aux élans de solidarité et de créativité collective que permet le Web".

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Koï

 Mensuel

Avril 2019, déjà 10 numéros pour Koï, magazine de société des cultures et des communautés asiatiques. C’est un magazine de société avec des portraits, des entretiens, des enquêtes, des dossiers, destiné à tous ceux s’intéressent à l’Asie. Après une campagne de financement participatif couronnée de succès qui a permis de mesurer l’intérêt pour un magazine sur cette thématique, le premier numéro sort en 2017. Face au racisme, à la condescendance, aux préjugés, le projet du magazine  est de parler de toutes les communautés asiatiques présentes en France et des Français qui en sont issus. Koï signifie "carpe" en japonais, c'est un symbole de force.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Légende

Trimestriel

Chaque numéro du  trimestriel Légende est consacré à une figure marquante du XXe siècle, devenue « légende » du monde contemporain. Le titre est lancé en juin 2020 par Éric Fottorino, éditeur du 1 et de Zadig, deux revues indépendantes dont chaque numéro approfondit également un seul sujet. La couverture de Légende frappe d’emblée par son esthétique sobre et forte : une photographie en noir et blanc de la personnalité qui fait l’objet du numéro occupe toute la page, accompagnée du titre « Légende » en noir sur fond or. Le très grand format proche du tabloïd ajoute au côté « spectaculaire » voulu par Éric Fottorino.

Le magazine alterne figures masculines et féminines venues du sport, de la politique, des sciences ou des arts. Les contributeurs, qui viennent d’horizons divers – journalistes et photographes mais aussi écrivains, historiens, sociologues – éclairent de leurs différents points de vue le parcours de la personnalité et son entrée dans le mythe. Une grande place est accordée à la photo (70% du contenu) : Légende s’ouvre sur  les vingt pages de la rubrique « Une vie en images », tandis qu’un portfolio, également de vingt pages, met en valeur le travail d’un photographe autour de la personnalité ou de son environnement. Reportages, interviews, récits et analyses  viennent compléter l'approche par par l'image.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

La Libre Belgique

Quotidien

 La Libre Belgique est un quotidien généraliste belge francophone. Propriété du groupe multimédia IPM, son siège se situe à Bruxelles. Elle compte 6 éditions régionales : Brabant-Wallon, Bruxelles, Flandre, Liège, Hainaut et Namur-Luxembourg. C’est le quotidien francophone le plus lu en Flandre. En 2019 son tirage papier est évalué à 33600 exemplaires (Source CIM).

Le journal est créé en 1884 sous le titre Le Patriote par les frères Louis et Victor Jourdain ; il défendait alors la cause politique catholique, tendance monarchiste. Publication clandestine, il devient La Libre Belgique en février 1915, nom définitivement adopté en novembre 1918. Durant la 2ème Guerre mondiale, le journal paraît de nouveau dans la clandestinité ; quelques exemplaires de cette période sont accessibles dans Gallica.

La Libre Belgique a adopté un format mini-tab proche du magazine, avec des photographies en couleur sur chaque page.  Le quotidien se positionne actuellement comme un journal de débats et défend le régime de la démocratie parlementaire, le fédéralisme et les intérêts francophones. Il couvre l’actualité nationale et internationale et les informations locales selon les éditions. Depuis septembre 2019, les pages « La Libre Eco » sont complétées d’une plateforme en ligne dédiée à l’économie avec des comparatifs et des chroniques d’experts. La dernière page propose une synthèse du contenu du journal et un court éditorial.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).