Aller au contenu principal

Portail Presse et médias

Suivre l'actualité de la presse et des médias, découvrir les outils de recherche dans la presse, s'informer sur le monde du journalisme

De « Mad » à « Rustica »

Mad

 Bimestriel

Le magazine Mad est créé en 1952 par un éditeur de comics, William Gaines et un auteur de bande dessinées, Harvey Kurtzman. Alfred E. Neuman, garçon à la coiffure improbable, au sourire presque idiot et à l'incisive manquante en est l'égérie et apparaît sur chaque couverture depuis les années 50, rendant le magazine immédiatement identifiable. Le magazine paraît dorénavant tous les deux mois. Ce magazine satirique complètement illustré aime à s'attaquer aux grandes figures américaines. Les dessinateurs y sont toujours prompts à parodier de manière impitoyable la culture pop américaine. Avec un humour féroce, tout en respectant une stricte égalité de traitement, les auteurs  n'hésitent pas à brocarder les figures démocrates et républicaines de la vie politique américaine. À noter que des tentatives d'adaptation du magazine en français ont été opérées entre 1965 et 1966 et en 1981-1982 en collaboration avec l'équipe de Hara-Kiri.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Maison ronde

 Maison ronde : Radio France de fond en comble / scénario et dessin, Charlie Zanello ; couleur, Sophie de Bayzer et Charlie Zanello, Dargaud, 2020

Charlie Zanello, auteur de bandes dessinées et illustrateur, s’intéresse ici à un monument emblématique de notre patrimoine architectural et culturel : la Maison de la Radio, dans laquelle il a passé un an en immersion. Classée au titre des Monuments historiques, la Maison de la Radio abrite sept chaînes de radio - dont France Inter, France Culture et France Bleu. 4500 personnes y travaillent : une véritable micro-société que le dessinateur croque ici avec humour.

Adepte d’un dessin enlevé qui évoque autant Bretécher que Wolinski, Charlie Zanello mêle curiosité, sens de l’observation, humour et autodérision pour lever le voile sur ce temple de la culture et de l’information aussi renommé que mystérieux. Il nous emmène à la rencontre des journalistes vedettes de la radio publique comme de tous les inconnus grâce auxquels la Maison ronde ne cesse jamais de tourner, du technicien à l’assistante de réalisation et du producteur au documentaliste. Sans oublier le fantôme qui l’oriente dans ses pérégrinations... Un reportage passionnant qui s’autorise quelques excursions en extérieur sur la route du Tour de France ou lors de l’enregistrement du Jeu des 1000 euros et qui rend hommage à la richesse de la radio publique française.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Maîtriser le droit des médias

 Maîtriser le droit des médias : informer à l'ère des réseaux sociaux / Denis Masmejan. Livreo-Alphil, 2023

L'ouvrage de Denis Masméjean est un guide pratique du droit des médias. Il a pour ambition d’offrir aux journalistes, comme à toute personne intéressée par la liberté d’expression et ses limites, une connaissance aussi accessible que possible – mais aussi précise que nécessaire – du droit des médias. Le plan de l'ouvrage suit la chronologie du travail journalistique : rechercher l’information ; préparer la publication ; affronter les contestations. En quinze courts chapitres, grâce au rappel d’affaires réelles et d’exemples pratiques, le livre tente de répondre aux principales questions juridiques auxquelles les journalistes sont confrontés au quotidien. Cette publication résulte d’un projet de la section suisse de Reporters sans frontières (dont Denis Masmejan est le secrétaire) qui coédite l’ouvrage avec le Centre de Formation au Journalisme et aux Médias (CFJM).

Denis Masmejan a fait toute sa carrière dans le journalisme, d’abord au Nouveau Quotidien puis au Temps. Docteur en droit de l’Université de Lausanne, il est chargé d’enseignement en droit des médias au sein de l’Université de Neuchâtel et intervenant en éthique des médias au Centre de formation au journalisme et aux médias (CFJM).

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

 

Il Manifesto

Quotidien

 Il Manifesto est un quotidien communiste italien autogéré par les journalistes qui y travaillent et financé par ses ventes et les contributions volontaires de ses lecteurs.

Fondé en 1969 par un petit groupe de dissidents du Parti Communiste Italien, le titre est d'abord une revue. Elle publie en septembre 1969 un article intitulé « Praga è sola » (Prague est seule), article qui souligne l’isolement des dissidents tchèques face à la répression soviétique et la prudence du mouvement communiste international vis-à-vis de cette affaire. Cet article est vécu par le Parti Communiste Italien comme une provocation et le groupe contestataire est exclu du parti quelques temps plus tard. La revue continue à paraître et se transforme en quotidien en 1971.

Malgré les crises financières auxquelles il est régulièrement confronté, Il Manifesto a conservé son indépendance et occupe une place autonome dans le paysage de la gauche italienne et de sa presse. Selon le Monde diplomatique, le quotidien incarne à la fois « la radicalité, l’ouverture sur les mouvements sociaux, le goût des nouvelles problématiques, l’intérêt pour les réalités internationales ». Son tirage est de 35 000 exemplaires (2020).

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Le manuel de journalisme

 Le manuel de journalisme  / sous la direction de Lucie Alexis, Valérie Devillard, Agnès Granchet, Guillaume Le Saulnier. Ellipses, 2022.

Ce guide pratique se propose d'orienter ceux qui se destinent au journalisme dans la multiplicité de métiers, de secteurs, de pratiques et de formations que recouvre ce métier. Après un premier chapitre sur l’histoire et l’actualité de la recherche sur le journalisme, l'ouvrage s'intéresse à la formation et aux métiers du journalisme, au marché de l'emploi et à l'économie des médias. La troisième partie interroge l'éthique du journalisme et le rôle des instances de régulation. Les genres médiatiques (dépêche d'agence, journal télévisé, photographie de presse etc.) et les nouvelles écritures de l'information (journalisme de solutions, journalisme participatif) sont ensuite abordés. Puis vient le décryptage de l'information, l'éducation aux médias et le journalisme international. La dernière partie dresse un panorama des écoles de journalisme et aborde la constitution du dossier de candidature et la préparation aux concours. Chaque partie se compose d'une série de contributions et se conclut par un entretien avec un chercheur, un professionnel ou un formateur.

Sans prétendre à l'exhaustivité, ce Manuel de journalisme propose un itinéraire pédagogique et très complet.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

MBS, l'enfant terrible d'Arabie saoudite

 MBS : l'enfant terrible d'Arabie saoudite / scénario, Antoine Vitkine et Christophe Girard ; dessins, Christophe Girard. les Escales : Steinkis, 2023

Dans ce reportage dessiné très documenté, Antoine Vitkine et Christophe Girard nous plongent dans la vie rocambolesque d’un enfant gâté qui deviendra un personnage central au Moyen-Orient . Fils du roi d'Arabie Saoudite, Mohammed Ben Salmane dit « MBS » est l'héritier du trône depuis 2017 et Premier ministre depuis 2022. À l’origine de réformes sociales inédites (possibilité pour les femmes de conduire, mise au pas de la police des mœurs, concerts mixtes), il lance des projets économiques pharaoniques tout en commanditant l'assassinat du journaliste Jamal Khassoggi et en muselant férocement toute opposition par l'emprisonnement ou le meurtre. L'enquête menée par Antoine Vitkine et Christophe Girard, riche et enlevée, foisonnant d'anecdotes, dresse un portrait psychologique et politique très éclairant de ce leader autoritaire et impulsif courtisé par l'Occident.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Les médias et la démocratie au XXe siècle

 Les médias et la démocratie au XXe siècle [Texte imprimé] / Catherine Bertho-Lavenir, Armand Colin, 2018

Les médias et la démocratie au XXe siècle est un manuel de référence qui retraçe les liens parfois ambivalents entre la presse et les gouvernements, en France, en Europe et aux États-Unis, de 1914 à nos jours. Tantôt support de la propagande d'Etat, tantôt outil de révolte ou de révélations (l'auteur évoque le Watergate), le livre fait un large tour des différentes évolutions qu'ont connu les médias au cours du XXe siècle ; que ce soit au niveau technique (photographie, audiovisuel...) ou au niveau professionnel.      

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Les médias, le monde et nous

Les médias, le monde et nous / Anne-Sophie Novel, Actes Sud, Colibris, 2019

Le rejet des journalistes lors de la crise des gilets jaunes a amené certains à se remettre en question et à imaginer des solutions pour réconcilier publics et médias. Dans son livre Les médias, le monde et nous, Anne-Sophie Novel, journaliste free-lance spécialisée dans les alternatives écologiques, analyse les raisons de la colère d’une certaine partie du public, de la crise des médias et des difficultés des journalistes. Elle s’interroge sur la manière dont nous consommons l’information et se demande comment produire une information responsable et éclairante alors que le marché de l’attention nous sollicite sans arrêt. En s’appuyant sur des expériences concrètes, elle donne des pistes de réflexion  et des recommandations qui s’adressent à la fois aux journalistes et aux consommateurs d’information que nous sommes. En effet, pour l’auteur, réinventer le rôle de la presse dans la société passe par un travail mené en commun par les journalistes et le public.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Les médias sont-ils dangereux ?

Les médias sont-ils dangereux ? : comprendre les mécanismes de l'information, sous la direction d'Éric FottorinoLes médias sont-ils dangereux ? Comprendre les mécanismes de l'information / sous la direction d'Éric Fottorino, Philippe Rey, 2017

Le monde de l'information, tel qu'il existe aujourd'hui, pose question. Entre des régimes autoritaires qui imposent leurs armes de censure et de propagande (Russie, Syrie, Turquie...) et des médias détenus dans leur immense majorité par des grands capitaines d'industrie, l'indépendance de l'information est plus que jamais sujette à caution. Le développement d'internet et des réseaux sociaux a lui aussi amené son lot de dérives, en même temps qu'il transformait le rapport du citoyen à l'actualité. Dans ce nouvel espace d'échange et de production de contenus, l'aspiration à une information libre et indépendante est concomitante du phénomène des fake news, des vérités alternatives, voire des théories du complot.
Cet ouvrage, à travers des analyses et des enquêtes en France et dans le monde, interroge le rôle du journaliste face à ces mutations et ces dérives (recherche du sensationnel, de l'instantanéité...) et aide à redéfinir sa fonction dans ce monde médiatique en mutation.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Métal hurlant

 Trimestriel

Créée en 1975 et éditée par Les Humanoïdes associés, Métal hurlant, la revue spécialisée en bande dessinée de science-fiction, a paru jusqu’en 1987. Elle fait son retour en septembre 2021 dans une nouvelle formule : une revue de 288 pages, dont 230 de bandes dessinées soit une vingtaine d’histoires courtes de science-fiction. Deux versions se succèdent d’un trimestre à l’autre, l’une avec de la BD de création contemporaine et une autre vintage. Ainsi, dans le numéro 2 consacré à l’histoire du titre, vingt-trois histoires de Luc et François Schuitten, Enki Bilal, Jean-Claude Mézières et Robert Crumb, entre autres grands noms de la BD d’anticipation des années 70 et 80, sont rééditées. Elles sont introduites par un texte de Jean-Pierre Dionnet, cofondateur et rédacteur en chef historique, expliquant leur création. A la une, l’illustration de Philippe Druillet avait d’ailleurs déjà servi de couverture au numéro 2 de Métal hurlant en avril 1975.

Déclinée aux Etats-Unis dès 1977 où elle paraît toujours sous le titre Heavy metal, Métal Hurlant est l’une des seules revues françaises ayant eu une version internationale.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Les métiers de l'information et de la communication

 Les métiers de l'information et de la communication : journalisme, communication visuelle, relations publiques, événementiel, documentation, réseaux sociaux / ONISEP, 2021.

Publié par l’Office national d'information sur les enseignements et les professions, plus connu sous l'acronyme ONISEP, cet ouvrage est un vade-mecum pour toute personne souhaitant travailler dans le domaine de l'information ou de la communication. Il passe en revue 42 métiers classés en 5 catégories : communiquer ; informer ; mettre en forme ; promouvoir et transmettre. D'attaché de presse à vidéaste Web, en passant par knowledge manager, ceux-ci sont présentés au travers de témoignages de débutants ou de professionnels expérimentés.

Pour une approche plus formelle, un « dico des métiers »  est également disponible. Il permet un accès par ordre alphabétique des emplois avec pour chacun d’eux un résumé des principales missions.

Une fois la profession choisie, une partie « études » aide à se repérer parmi les formations. Elle est complétée par un guide pratique qui propose un carnet d'adresses qui recense ces formations dans toute la France. Une liste de sigles et de sites internet utiles finissent de compléter ce guide.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Métiers et professions des médias

 Métiers et professions des médias / coordonné par Emmanuelle Paccaud, François Robinet et François Vallotton. Nouveau Monde éditions, 2023.

La revue d''histoire Le Temps des médias publie dans son numéro 41 un dossier consacré aux métiers des médias. Les approches portant sur l’évolution des métiers et les processus de professionnalisation ont connu récemment un développement important dans les champs de l’histoire, de la sociologie, ou encore des sciences de l’information et de la communication. Les articles réunis dans ce volume permettent d’aborder différents supports médiatiques – qu’il s’agisse de la presse, du cinéma, de la publicité, de la radio, de la télévision ou encore des lanternes magiques - et des groupes professionnels peu étudiés jusqu’ici, agenciers, scénaristes de série, documentalistes, critiques de cinéma. Les auteurs s'intéressent aux représentations des métiers et des professions des médias construites et diffusées depuis la fin du XVIIIème  siècle, aux pratiques professionnelles et aux mécanismes liés à la constitution de certaines professions, étudiant la manière dont ces professionnels s’affirment et s’autonomisent au cours du temps.

On découvrira par exemple comment des journaliste du XVIIIème siècle en viennent progressivement à se désigner comme des « journalistes », la construction par France Inter du personnage de « Madame Inter » à la fin des années 1960, ou comment les scénaristes de séries télévisées se sont construit une identité professionnelle de 1990 à nos jours.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Midi olympique

 BI-hebdomadaire

D'abord hebdomadaire puis bi-hebdomadaire depuis 2006, consacré au rugby, le Midi Olympique est l'un des plus anciens journaux français encore en activité sans avoir connu d'interruption. Fondé en 1929, il émane du quotidien régional toulousain La Dépêche du Midi, bien que sa couverture soit nationale, voire internationale. Surnommé « Le Jaune » en référence à son papier jaune, ou bien « Midol », ses deux éditions de la semaine ont elles aussi leur petit surnom, le « Midol rouge » et le « Midol vert », en référence à la couleur du titre. Il est accompagné depuis 2000 d'un site internet co-édité avec Eurosport.fr, rugbyrama.fr. Depuis 2017, il dispose aussi de son propre site midi-olympique.fr. Chaque premier lundi du mois, « Midol » est vendu avec un supplément magazine, Midi olympique magazine.

S'il couvrait au début plusieurs sports, rugby, football, automobile et vélo, Midi Olympique s'est très vite spécialisé dans le rugby au niveau national, que ce soit le rugby à XV ou à XIII, des équipes professionnelles (Top 14) aux équipes amateurs (Quatrième Série). Le journal accompagne le développement du rugby en France ; la professionnalisation du rugby en 1995 contribue à son essor et le Midi Olympique stabilise sa parution autour de 100 000 exemplaires. Le record de vente est atteint avec 160 000 exemplaires lors de la demi-finale perdue des joueurs français face aux All Blacks en 2011. 

Le contenu du journal a beaucoup varié depuis ses origines, mais il se caractérise par une ambition d'analyse poussée du jeu, une attention à tous les niveaux de pratique du sport, et la rubrique « cris et chuchotements » sur les coulisses du rugby professionnel. 

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Mladina

 Hebdomadaire

Radical dans sa forme et dans son contenu, Mladina (« La Jeunesse » en slovène) est un hebdomadaire d'actualité politique, économique, sociale et culturelle. Polémique, il est considéré par certains comme utile et courageux, tandis que d'autres le jugent racoleur et grossier. Le magazine est connu pour ses couvertures satiriques ; celles des années 1980, la période la plus créative de Mladina, ont fait l'objet d'une exposition au Musée d'art moderne de Ljubljana en 2017.

Fondé en 1943 comme organe officiel de l'Alliance des jeunesse socialistes, le journal se transforme au début des années 1980 en fanzine pour la jeunesse puis en un journal d'investigation et d'opposition. A la fin des années 1980 il se livre à une critique acerbe du gouvernement fédéral yougoslave et fait campagne pour l'indépendance de la Slovénie. Provocateur et influent, pourfendeur des idées dominantes, Mladina a joué un rôle essentiel dans la naissance d'une société civile slovène.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Modes et travaux

undefinedMensuel

Modes & travaux a 100 ans ! C’est le plus ancien titre de presse féminine encore publié. Son plus fort tirage a été réalisé en mai 1968 avec 2,2 millions d’exemplaires. En 2019 il était diffusé à 250 000 exemplaires (OJD/ACPM).

Fondé le 15 novembre 1919 par Édouard Boucherit, dessinateur-brodeur de formation, Modes et travaux féminins s’adresse à la Française dans sa réalité quotidienne. Il s’agit également de promouvoir la boutique de broderie de la mère d'Édouard Boucherit. Les 3 premiers numéros sont accessibles dans la bibliothèque numérique Gallica.

Le magazine Modes & travaux est spécialisé dans les travaux d’aiguille. Un patron de couture ou de tricot savamment plié à l’intérieur du magazine et créé exclusivement par les dessinateurs de modèles du journal est offert aux lectrices. La ligne éditoriale actuelle du journal est d'être « astucieusement utile à ses lectrices ».  Depuis 2010, Modes & travaux a diversifié son contenu en suivant  la mode du « Do It Yourself » et en proposant des rubriques beauté, jardinage, cuisine, décoration et bricolage.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Le Monde

 Le journal Le Monde a fêté ses 75 ans le 18 décembre 2019 avec un numéro spécial. Fondé par le journaliste Hubert Beuve-Méry en 1944, il fait aujourd'hui figure de quotidien de référence par la qualité de l'information qui y est donnée. C'est le quotidien national le plus lu des Français. C'est aussi le quotidien le plus lu à la BnF en salle de la Presse (salle B), où trois exemplaires du journal sont disponibles. Les journaux papiers sont conservés 3 mois  en salle et les archives du journal depuis 2001 sont consultables dans la base Europresse, accessible sur les postes informatiques de la bibliothèque. Le service de la Presse a réalisé une bibliographie à l'occasion des 70 ans du journal.

En 2020 Le Monde déménage dans ses nouveaux locaux au voisinage de la Bibliothèque nationale de France, 67 avenue Pierre Mendès France près de la gare d'Austerlitz à Paris. Il y sera rejoint par tous les autres titres du groupe de presse : Télérama, Courrier international, L'Obs, Huffington Post pour ne citer qu'eux.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Voir aussi

Le Monde diplomatique

Mensuel

Le Monde diplomatique, mai 1954Fondé en 1954 par Hubert Beuve-Méry et François Honti, Le Monde diplomatique est initialement concu comme un supplément du quotidien Le Monde destiné aux cercles diplomatiques. L'indépendance de sa ligne éditoriale et de son fonctionnement s'affirment à partir de 1973 sous la direction de Claude Julien. Classé à gauche, le journal aborde les sujets géopolitiques, économiques et sociaux d'un point de vue altermondialiste et antilibéral en faisant la part belle aux articles d'intellectuels et de journalistes indépendants.

Premier journal français à proposer une version en ligne dès février 1995, Le Monde diplomatique propose aujourd'hui 31 éditions internationales (imprimées ou numériques) en 22 langues.

Depuis 1987, la revue bimestrielle Manière de voir propose des numéros thématiques composés d'article parus dans Le Monde Diplomatique.

Les derniers numéros du Monde Diplomatique et de Manière de voir sont en accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics) et les premières années du journal (1954-1977) sont disponibles depuis les postes des salles de lecture de la bibliothèque de Recherche sur Galica intramuros.

​Voir

Mon lapin quotidien

 Trimestriel

Revue satirique publiée depuis 2017 par l’éditeur de bandes dessinées L’Association, Mon lapin quotidien est selon la formule du dessinateur et rédacteur en chef Killoffer, un journal qui « fait du bruit et secoue les marronniers du journalisme et de la bande-dessinée ». C'est un mélange de textes et de dessins en strips, planches ou illustrations. Mon lapin quotidien ne revendique pas de ligne éditoriale. Chaque numéro est consacré à un thème à partir duquel les auteurs ont toute liberté.

50 à 60 journalistes, écrivains et dessinateurs participent à un numéro. Parmi les journalistes on remarque Thomas Baumgartner, Denis Robert ou Delfeil de Ton. Hervé Le Tellier, prix Goncourt 2020, et Eric Chevillard collaborent au journal. Parmi les dessinateurs, citons Fanny Michaëlis et Fabio Viscogliosi.

Mon lapin quotidien a repris certains codes des quotidiens, à commencer par le grand format (41 x 58 cm) encore adopté par le Washington Post. La revue est publiée sur un papier épais « qui fait du bruit », en noir et blanc. On retrouve dans ses 12 pages les rubriques habituelles d’un journal : petites annonces, courrier des lecteurs, un rébus. La comparaison s’arrête là : le journal n'est pas structuré selon une maquette préconçue, afin de déstabiliser le lecteur et d'attiser sa curiosité avec les jeux typographiques et la mise en page originale.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

La Montagne

Le quotidien La Montagne a fêté son centième anniversaire le 4 octobre 2019 en présence d'Emmanuel Macron. C'est un quotidien régional dont le siège est situé à Clermont-Ferrand. Sa zone de diffusion couvre l'Auvergne et une partie du Limousin. Son tirage est d'environ 153 000 exemplaires chaque jour et son audience de 580 000 personnes. Le journal a été fondé en 1919 par un homme politique socialiste, Alexandre Varenne. Pendant la seconde guerre mondiale, opposé au régime de Vichy, il suspend la parution du journal en août 1943. Le 15 septembre 1944, La Montagne est à nouveau autorisée à paraître. Le contributeur le plus célèbre du journal est Alexandre Vialatte, écrivain et chroniqueur de presse. Celui-ci va écrire au total 898 chroniques publiées chaque semaine de 1952 à 1971. Ces chroniques à l'humour non conventionnel et complètement décalées où il distribue des faux proverbes bantous, se terminent toutes par la phrase "Et c'est ainsi qu'Allah est grand". C'est depuis devenu une formule de reconnaissance des amateurs de l'œuvre de l'écrivain.  

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Mother Jones

Bimestriel

 Mother Jones est un magazine américain à caractère politique, créé en 1976 à San Francisco. Il est diffusé à 180 000 exemplaires aux États-Unis. Mother Jones traite de l’actualité, des questions d’environnement, d’alimentation, de justice sociale et des médias au travers de grands reportages et d’enquêtes d’investigation menés par des journalistes indépendants.

Son titre fait référence au surnom donné à Mary Harris (1837-1930), veuve d’un immigrant irlandais devenue un symbole de la classe ouvrière et du mouvement syndical aux États-Unis. Le sous-titre « Smart, fearless journalism » illustre sa ligne éditoriale progressiste, contestataire et son indépendance revendiquée. Souhaitant préserver son intégrité, le magazine fait appel à la contribution financière de ses lecteurs. Reconnu pour sa qualité éditoriale et son journalisme d’enquête, Mother Jones a reçu sept prix au National Magazine Awards, prix décernés par l'American Sociey of Magazine Editors en collaboration avec la Columbia University Graduate School of Journalism pour distinguer des magazines qui ont atteint brillamment leur objectifs éditoriaux, au caractère innovant et au design créatif.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

En savoir +

Moto magazine

 Moto magazine - Le Pavé dans la mare est un magazine consacré à l’actualité motocycliste. Mensuel, il est édité par la FFMC ou Fédération française des motards en colère. La FFMC est une association fondée en 1980 issue du mouvement de colère des motards de la fin des années 70 en réaction à la politique de l’Etat vis-à-vis des deux-roues et aux tarifs des assureurs. Elle revendique 10 000 adhérents, ne reçoit aucune subvention et promeut des valeurs d’égalité, de solidarité et de liberté dans un esprit de responsabilité. Le magazine, réalisé depuis 1983 par des militants, propose un regard indépendant sur le marché du deux-roues, des essais comparatifs de matériel, des tests et décline toute l’actualité autour de la moto : sécurité, législation, normes, événements sportifs…

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics)

An Nahar

 Quotidien

An Nahar, Le Jour en français, est le plus ancien quotidien de langue arabe du Liban, fondé en 1933 par le journaliste Gebran Tueni. Son fils Ghassan Tueni puis son petit-fils, nommé aussi Gebran, prennent sa suite à la direction du journal. Opposant farouche à l’hégémonie syrienne au Liban, ce dernier est tué en 2005 dans un attentat. Sa fille, Nayla Tueni, fait toujours partie de la direction du quotidien.

Considéré dans les années 1980 par le New-York Times comme un journal de référence dans le monde arabe, An Nahar a perdu depuis sa position dominante et sa diffusion a considérablement diminué (autour de 20 000 exemplaires en 2018). Le contenu d’An Nahar est principalement consacré à la politique au Liban et dans le monde arabe, mais il aborde aussi les questions d'environnement et de santé, l’économie, les sports et la culture. Le journal s’est distingué en 2018 en publiant un numéro composé de pages blanches afin de protester contre le blocage politique et les difficultés économiques du pays. An Nahar renouvelle le même type d'action le 2 février 2022 : le journal papier n’est pas publié en guise de protestation contre l’annulation des élections envisagée par le gouvernement, la raison invoquée par ce dernier étant un manque de papier et d'encre.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Ne réveille pas les enfants

Ne réveille pas les enfants / ouvrage d’Ariane Chemin / Éditions du sous-sol, 2023.

 Cela pourrait ressembler à un banal récit de fait divers. Celui d’un suicide collectif au sein d’une même famille, survenu en mars 2022 à Montreux en Suisse : le père, la mère et sa sœur jumelle, la fille de 8 ans et le fils de 15 ans – le seul à échapper à la mort – se jettent du septième étage de leur immeuble à la suite d’une intervention policière. L’enquête révèle un acte coordonné, sans un cri, sans signes de lutte ni traces de drogue, et conclut à un embrigadement sectaire de type survivaliste, aux conséquences tragiques sur l’ensemble de la famille.

Pourtant, l’histoire interpelle Ariane Chemin, célèbre plume du Monde qui, au travers de cette enquête, interroge l’événement au-delà des apparences. La journaliste est particulièrement frappée par le rôle déterminant que semble avoir joué, dans cette affaire, la mère de famille et sa dérive paranoïaque. Or, elle-même et sa jumelle ne sont autres que les petites-filles de Mouloud Feraoun, éminent écrivain algérien assassiné par l’OAS en mars 1962 au centre social de Château-Royal, quelques jours avant les accords d’Évian. Dans son ouvrage, la journaliste entrelace habilement les époques, de la terreur en Algérie à la vie des jumelles en France puis en Suisse, mettant en lumière des coïncidences troublantes. De mars 1962 à mars 2022, des palmiers de Montreux à ceux du domaine de Château-Royal, les échos se multiplient, et les coups frappés à la porte par la police suisse font resurgir la peur ressentie à chaque instant par l’écrivain traqué. Celui-là même qui avait dit à son épouse, le matin même de son assassinat : « Ne réveille pas les enfants ».

Liant histoire personnelle et Histoire collective, ce récit met en évidence la transmission insidieuse des cicatrices de la guerre à travers les générations, soulignant que les conflits ne trouvent jamais de résolution mais se diffusent dans les familles tel un poison silencieux. En définitive, Ne réveille pas les enfants transcende le compte rendu journalistique pour explorer, par diverses hypothèses, les répercussions durables des événements historiques sur les destins singuliers et collectifs.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

The New European

Hebdomadaire

The New European, hebdomadaire pro-européen, a été fondé en juillet 2016 au lendemain du référendum sur le Brexit par le journaliste Matt Kelly, ancien collaborateur du Daily mirror, afin de promouvoir le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne. Le journal s'attache à analyser les conséquences du Brexit, suit l'avancement du processus et s'intéresse plus généralement à tous les aspects de la vie européenne. À ces thématiques d'origine, s'ajoutent aujourd'hui le traitement de la crise du coronavirus par le gouvernement britannique, le changement climatique, la politique internationale et les arts et la culture..

Il se présentait lors de son lancement comme « le journal pop-up pour les 48% », c'est-à-dire la proportion de Britanniques ayant voté contre le Brexit. Prévu à l'origine pour durer un mois, il tire à 40 000 exemplaires dès son troisième numéro si bien que l'équipe décide de continuer la publication.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics)..

The New Yorker

Hebdomadaire

undefinedMagazine américain créé en 1925 par le couple Harold Ross et Jane Grant, journaliste au New York Times, The New Yorker appartient aujourd’hui au groupe éditorial Condé Nast et est diffusé en 2020 à 1 043 000 exemplaires dans le monde. Le magazine, ouvertement démocrate depuis 2004, est reconnu pour ses reportages, ses articles de fond et ses analyses politiques. Les critiques culturelles, les essais, la bande dessinée, les caricatures, les dessins humoristiques et la fiction sont centrés sur la pop culture, sur un ton décalé. 

Véritable repère visuel, la couverture dessinée par des artistes contemporains s’inscrit dans « l’instantanéité et la longévité » selon Françoise Mouly, directrice artistique du magazine. La « cover-story » dans laquelle l’illustrateur ou l'illustratrice raconte ce qui l'a inspiré est donnée à lire sur le site web du magazine. Signalons que Barry Blitt a obtenu le Prix Pulitzer du dessin de presse le 4 mai 2020 pour une série de caricatures de politiciens de la Maison blanche, dessins à l’aquarelle et à l’encre de Chine à découvrir également en ligne.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

​Voir 

Nez

Semestriel

Fondée en 2016, la revue Nez explore sur plus de 100 pages l’univers du parfum et celui des odeurs. Sous-titrée « la revue olfactive », elle appréhende l’odorat à travers un prisme artistique, sociologique, littéraire, historique et scientifique. D'aspect sobre et élégante, elle est imprimée sur papier fort et largement illustrée. Chaque numéro de Nez comporte un dossier thématique : les interactions entre l'odorat et le goût, un voyage autour du monde des odeurs et des parfums ou l’addiction aux odeurs sont quelques-unes des thématiques traitées récemment. La rubrique « Odorama » fait le tour d'odeurs spécifiques comme celle de la fleur de lys, les odeurs du sport ou la vanilline de synthèse. Le « Magazine » explore le monde des parfums, à travers ses origines, ses secrets de fabrication, ses acteurs, son histoire et des critiques de parfums.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Nous deux

 Hebdomadaire

Nous deux est le magazine français du roman-photo sentimental. Lancé par l'éditeur de presse Cino Del Duca  en mai 1947 comme un bi-mensuel ce magazine rencontre tout de suite un grand lectorat et devient hebdomadaire dès le 5e numéro. Et pourtant ce n'est qu'en 1950 que le premier roman-photo y est publié. Cino Del Duca, militant socialiste et éditeur fuit l'Italie de Mussolini en 1932. Il s'établit en France où il achète les droits de comics strips américains pour créer le magazine Hurrah ! dans lesquels on retrouve les aventures de Mandrake et Guy l'éclair. Pendant la guerre de 39-45, il publie le roman illustré Tarzan.

Au lendemain de la guerre, Nous Deux est un des 14 titres qu'il lance dans le domaine de la presse sentimentale. Par la suite il fonde Télé Poche et le quotidien Paris Jour. Se diversifiant dans la production de films, il finance Touchez pas au Grisbi ou Accatone. Dans les années 60, Nous deux est à son apogée avec un tirage de plus d'1 million d'exemplaires. Toutes les vedettes françaises de la chanson : Johnny Halliday, Sylvie Vartan, Sacha Distel, Mireille Mathieu et d'autres se retrouvent dans les romans-photos du magazine. Aujourd'hui le titre propose un mélange de conseils pratiques, de pages consacrées à la mode, à l'évasion, à l'actualité people. Le roman-photo est toujours présent.

Nous deux n'est plus disponible en salle de la Presse.

Les nouveaux chiens de guerre

 Les nouveaux chiens de guerre / Kamal Redouani . Arthaud, 2023

Après Inside Daech et Dans le cerveau du monstre, deux enquêtes pour lesquelles le reporter Kamal Redouani s’était infiltré durant une décennie au sein de la nébuleuse Daech, Les nouveaux chiens de guerre plonge au cœur des sociétés militaires qui se sont multipliées à la faveur des récents conflits. Si Wagner, au premier plan de la guerre russo-ukrainienne, a particulièrement marqué l’actualité avec la mort de son dirigeant Evgueni Prigojine, nombreuses sont ces sociétés privées qui jouent un rôle déterminant sur divers fronts : au Maghreb et au Moyen-Orient, au Sahel, en Asie… 

Acteurs aujourd’hui incontournables des conflits dans le monde, ces milices, qui ne disposent d’aucun cadre juridique, déstabilisent les équilibres géopolitiques mondiaux en se mettant au service d’intérêts financiers ou d’idéologies, voire de certains États dont elles influencent en toute impunité les élections. D’une brûlante actualité, l’enquête livre des clefs pour comprendre la menace que représentent ces sociétés militaires pour les droits de l’homme et la stabilité des démocraties.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics.

Les Nouvelles Calédoniennes

 Quotidien

Les Nouvelles Calédoniennes sont le seul quotidien d’actualité générale de la Nouvelle-Calédonie. Le journal existe depuis 1971 et couvre l’actualité de l’agglomération de Nouméa et de la Brousse et des autres îles. On y retrouve toutes les rubriques habituelles d’un quotidien régional où la petite actualité locale côtoie les grandes questions sociales ou politiques comme le référendum du 4 novembre 2018 sur l'autodétermination de la Nouvelle-Calédonie. Le journal offre un regard sur la vie calédonienne, au travers du cahier des offres d’emplois, des annonces légales, des programmes de cinéma et des résultats sportifs tout en regardant vers la France et vers l’ensemble de la zone Pacifique.

Les Nouvelles Calédoniennes ont cessé de paraître..

Oblik

Annuel

Lancé en 2017 par le mensuel Alternatives économiques, Oblik est un mook qui met la data visualisation à la portée de tous. Des informations chiffrées - taux de pauvreté, progression de l’agriculture biologique, appauvrissement des forêts en différentes essences – y sont traduites en infographies dessinées par des illustrateurs ou des auteurs de bande dessinée, sous une forme ludique et colorée. Un court article écrit par les journalistes d’Alternatives économiques accompagne chaque infographie et un renvoi vers un site internet ou un livre permet à ceux qui le souhaitent d'approfondir le sujet.

Oblik est publié une fois par an. Chaque numéro de 144 pages est consacré à un dossier thématique : écologie, portrait des Français, déconstruction d'idées reçues en matière économique et sociale, etc. Un portfolio, une bande dessinée, une nouvelle ou un roman photo complètent le dossier. Parmi les dessinateurs : Catherine Meurisse, Christelle Enault ou Vincent Sorel.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

L'Obs

Hebdomadaire

 L’Obs est un magazine d’actualités paraissant le jeudi. Avec une diffusion payante de 213 000 exemplaires au 1er trimestre 2020, il se positionne à la 2e place des news magazines français, derrière Le Point. En 2014 Le Nouvel Observateur a été racheté par « Le Monde libre », société financière propriétaire du Monde et détenue par Xavier Niel et Mathieu Pigasse. Le magazine a alors changé de titre, devenant L’Obs.

L’ossature du magazine est inchangée depuis sa création en 1964 : le magazine aborde la politique, les faits de société et la culture, selon une ligne éditoriale sociale-démocrate et une couverture internationale. L’Obs propose des reportages, des analyses et des nouvelles dans les rubriques « Dossier », « Grands reportages », « Idées » et « Culture ». L’hebdomadaire se clôt avec « Les Cahiers d’Esther » de Riad Sattouf, une planche de bande dessinée qui témoigne des évolutions de la société à travers le regard plein d'humour d’une adolescente. Outre le dessin de presse, L’Obs, depuis son origine, met en avant la bande dessinée, d’abord avec l’argentin Copi, puis Reiser et Claire Brétécher.

.En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

L'observatoire des métiers de la presse

 Site internet

L’observatoire des métiers de la presse recense toutes les informations ayant trait à l’emploi dans le secteur de la presse : de la production de contenus éditoriaux au marketing, à la recherche d’informations et au suivi de l’audience. Il émane du rassemblement de toutes les organisations syndicales d’employeurs et de salariés du secteur de la presse. Il réalise des travaux et produit des études.

Le site de l’observatoire propose une cartographie des métiers de la presse, diffuse des données statistiques annuelles, notamment sur la structure de l’emploi dans la presse en termes de nombre de salariés, d’âge, de sexe et fait œuvre de prospective. Les données présentées de manière lisible et claire peuvent être appréhendées par tous.

 

Consulter

The Observer

 Hebdomadaire

Fondé en 1791, The Observer est le premier journal du dimanche publié en Grande-Bretagne. Il est considéré par l'Encyclopedia Britannica comme un représentant de la « qualité britannique » .Avec ses soixante pages et ses nombreux suppléments, c'est un journal qui pèse lourd. Son lectorat est majoritairement constitué de diplômés de l'enseignement supérieur. The Observer est connu pour son traitement de l'actualité internationale, qu'il couvre grâce à un important réseau de correspondants étrangers. D'obédience libérale, le journal accorde une large place aux analyses et aux commentaires. Son chroniqueur politique, Andrew Rawnsley, est l'un des plus réputés du pays tandis que le caricaturiste et illustrateur Chris Riddell fait figure de référence en matière de dessin de presse. The Observer accorde aussi une place importante à l'économie, au sport, à l'éducation, aux arts et à la gastronomie. 

Le journal a été racheté en 1993 par le Guardian Media Group, également propriétaire du Guardian. The Observer partage avec le quotidien son site internet sur lequel de nombreux contenus sont accessibles gratuitement.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Les oiseaux de papier

 Les oiseaux de papier, roman graphique / scénario et dessins de Mana Neyestani ; traduit du persan par Massoumeh Lahidji / Éditions Ça et là & Arte Éditions, 2023

Dans ce roman graphique, à la fois très documenté et au récit fictif, Mana Neyestani éclaire l'existence des kolbars, porteurs kurdes iraniens qui font passer dans la plus grande pauvreté des marchandises de contrebande en Irak voisin. Ces expéditions organisées par un réseau de trafiquants sont extrêmement dangereuses : aux passes enneigées et vertigineuses des montagnes du Kurdistan s'ajoute la surveillance des gardes-frontière irakiens qui tirent à vue. Elles sont néanmoins pour la population kurde de ces régions isolées une des seules solutions à la misère endémique dans laquelle elles sont maintenues par le pouvoir iranien. Le récit de Mana Neyestani suit en alternance un groupe de kolbars partis pour une nouvelle expédition, et Rojan, une jeune fille qui tisse des tapis dans l'espoir de s'échapper à Téhéran avec l'homme qu'elle aime. 

Dessinateur de presse ayant subi la répression des autorités iraniennes, Maya Neyestani donne à voir la destinée de ces hommes et de ces femmes réduits à des missions suicide pour survivre. Depuis sa fuite d'Iran, il a remporté de nombreux prix, dont le prix du Courage de la CRNI (Cartoonists Rights Network International) et le Prix international du dessin de presse en 2012. Son trait caractéristique du dessin de presse, fait de dessin en noir et blanc, de hachures et de portraits percutants, immerge le lecteur dans cette histoire âpre et sans concession. La seule touche de couleur vient des tapis de Rojan, et d'une tache rouge... 

Le roman graphique est complété par une postface qui présente photos et faits documentant le drame des kolbars. 

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

L'Opinion

 Quotidien

L’Opinion a été créé en 2013 par Nicolas Beytout, ancien président des Échos et ancien directeur des rédactions du Figaro. Le journal se revendique comme un journal d'opinion dont la ligne éditoriale est libérale, pro-entreprise et pro-Europe.

Le quotidien qui paraît du lundi au vendredi compte 8 pages dédiées à l’information politique, économique et internationale. Depuis qu’il a remporté le concours de dessin de presse lancé par L’Opinion en 2013, Kak illustre la une du journal. Kak est par ailleurs président de l’association Cartooning for peace, qui publie la série « 60 (ou 120) dessins de presse », consultable en salle de la Presse.

Depuis 2018, le cahier « The Wall Street Journal. & L’Opinion » propose aux lecteurs de L'Opinion une sélection d’articles du journal américain traduits en français et portant sur la finance, la haute technologie, les médias et la présidence Trump.

L’Opinion est disponible dans la base de données Pressreader  et en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

L'Orient-Le Jour

 Quotidien

L’Orient-Le Jour est un quotidien d’information généraliste francophone publié à Beyrouth. Il est sous-titré « quotidien libanais indépendant depuis 1924 ». Il est en fait né sous son titre L’Orient-Le Jour en 1971 de la fusion, pour des raisons économiques, de deux titres libanais francophones : L’Orient (1924) et Le Jour (1934).
Édité actuellement à 15 000 exemplaires, il comptabilise 1 million de visiteurs par jour sur son site. Revendiquant son indépendance financière et politique, le quotidien a fait le choix du modèle économique de l’abonnement. Par conséquent, il n’y a aucune publicité dans le journal papier et sur le site. L’Orient-Le Jour défend des valeurs démocratiques, le pluralisme, le dialogue des cultures et des religions au Liban et se veut le relais d’une information indépendante « pour tous les francophones ayant un lien avec le Liban et le Moyen-Orient ».  Après l’éditorial, l’actualité, les enjeux et les problématiques de la région sont décryptés dans la rubrique Liban ; suivent les rubriques Monde, Eco, Sports, Culture et Opinions.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Ouest-France

 Depuis 1975, Ouest-France est le premier quotidien régional français en termes de diffusion : avec 629 000 exemplaires diffusés en 2021, il devance même la presse nationale. Décliné en plus de 50 éditions locales, le journal est diffusé en Bretagne, dans les Pays de la Loire et en Normandie, mais aussi à Paris.

Le journal est fondé à Rennes en août 1944 par Paul Hutin-Desgrées, un ancien journaliste de L’Ouest-Éclair. Son fils, François-Régis Hutin, prend sa suite à la tête du journal jusqu’en 2016. Le quotidien est actuellement dirigé par Louis Echelard et appartient à l'Association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste (ASPDH), une association contrôlée par la famille Hutin.

Chrétien et progressiste jusque dans dans les années 1990, Ouest-France défend de grandes causes comme l’Europe, l’école libre ou la lutte contre la faim dans le monde. Le journal adopte au tournant des années 2000 une ligne éditoriale plus conservatrice et libérale ; il prend position en 2012 contre le mariage homosexuel et émet des doutes en 2021 après la condamnation de  Nicolas Sarkozy dans l’affaire des écoutes.

Les rubriques du journal sont les rubriques habituelles d’un quotidien régional, mais l'actualité nationale et internationale,est placée en tête du quotidien. Ouest-France publie un journal du dimanche au format tabloïd, Dimanche Ouest-France.

L'édition de Rennes est en accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Le parfum d'Irak

 Le parfum d'Irak / Feurat Alani ; illustrations de Léonard Cohen. Arte éditions, Éditions Nova, 2018

Roman graphique d'un genre singulier, Le parfum d'Irak est constitué de 1000 tweets que le journaliste franco-irakien Feurat Alani a postés durant l'été 2016 pour partager son expérience intime de l’Irak. L’auteur y livre ses souvenirs, de sa découverte du pays à 9 ans à la fin des années 1980 jusqu'à sa décision de devenir reporter pour couvrir l’invasion américaine de 2003. Il évoque sa famille, ses expériences culinaires, la vie dans les rues, la transformation de son pays par la guerre, les angoisses de la population. La contrainte des 280 caractères de twitter donne un ton particulier au récit : chacune des phrases de Feurat Alani évoque en quelques mots l’atmosphère de ce pays complexe, imprimant au récit un rythme poétique. Les tweets sont illustrés par les dessins en pleine page de Léonard Cohen, de magnifiques aplats de couleurs, chaudes ou sombres selon les ambiances des tweets.

Le parfum d’Irak a remporté le prix Albert-Londres 2019 et a fait l'objet d'une websérie en animation sur Arte.

L'ouvrage est en accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Paris-Match

 Hebdomadaire

Paris-Match a fêté ses 70 ans avec le numéro du 13 juin 2019. Héritier du magazine Match qui paraissait avant la seconde guerre mondiale, le magazine est lancé en 1949 par le patron de presse Jean Prouvost (France-Soir, RTL, Télé 7 jours) avec Winston Churchill en couverture. Depuis, ce magazine hebdomadaire d'actualité rythme la vie française par ses unes.  "Le poids des mots, le choc des photos" a longtemps été la devise du magazine . Le scoop photographique a toujours eu une grande importance pour ce journal qui compta jusqu'à plus de 20 photographes dans son équipe. Si une grande partie de ses pages est consacré à l'actualité des célébrités et des têtes couronnées au travers de photographies prises par des paparazzi, Paris-Match est aussi un magazine d'information qui fait la part belle au grand reportage et au photojournalisme. Au palmarès des unes,  la famille Grimaldi, la famille royale britannique et Johnny Halliday se partagent les trois premiers rangs

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Paroles de lapin

Paroles de lapinParoles de lapin : les grands entretiens du magazine Playboy / sous la direction d'Adrien Bosc, Éditions du Sous-sol, 2017

Hugh Hefner décédé en septembre 2017 est le fondateur du magazine de charme Playboy. Le magazine, qui s'adresse à un lectorat masculin, naît en 1953 à la fin du maccarthysme et de la croisade contre l'immoralité sexuelle. À côtés de photographies à caractère érotique, le contenu éditorial du magazine se distingue par des articles sur le design, la mode, sur un certain art de vivre. Le magazine, reflet de l'évolution de la société américaine et de ses moeurs laisse aussi une grande place aux entretiens avec des figures devenues incontournables comme Joan Baez, Salman Rushdie, Stanley Kubrick, Patricia Hearst, Stephen King ou encore Donald Trump en 1990 avec en filigrane les débats qui agitent les États-Unis. Cet ouvrage, qui conserve la maquette du magazine, en est le recueil des entretiens les plus emblématiques.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Les pastiches de Jalons

 Les pastiches de Jalons : 1985-2015 / Basile de Koch, éditions du Cerf, 2015

Cette anthologie regroupe l’intégralité des pastiches réalisés par le « Groupe d’intervention culturelle Jalons ». Tout d’abord organisateur de canulars et de performances humoristiques, les Jalons se sont spécialisés à partir de 1985 dans les parodies de quotidiens et de magazines : Le Monstre, Laberration, France démence, Pourri-Moche, Fientrevue, etc. Vendus en kiosque, ces pastiches détournaient l’intégralité de la maquette et des rubriques des originaux. Leurs créations sont ici présentées par Basile de Koch, « président à vie » des Jalons, qui revient sur le travail d’élaboration et les nombreuses péripéties qu’ont pu entraîner chacune de leurs publications.

En accès libre en salle de la presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Petit lexique du journalisme

 Petit lexique du journalisme / Gilles Bastin, Presses universitaires de Grenoble, 2018

Savez-vous ce qu’est le « journalisme de précision » ? Quelle est la différence entre « mésinformation » et « désinformation » ? En quoi consiste la « tournée »? Et quelle place occupe « l’exactitude » dans les normes professionnelles des agences de presse ? Le Petit lexique du journalisme veut mettre à la portée de tous le vocabulaire professionnel du journalisme mais aussi les mots de la critique des médias, en particulier ceux issus des recherches récentes en sciences sociales. Gilles Bastin, professeur de sociologie et codirecteur de l’École de journalisme de Grenoble, donne l’origine de chaque notion, précise son sens et les enjeux de son utilisation dans les débats actuels sur l’information et les médias. Le lecteur, étudiant en journalisme ou simple curieux, peut aller plus loin grâce aux références bibliographiques qui accompagnent nombre d’entrées.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Pif gadget et le communisme

 Pif gadget et le communisme : 1969-1993, un hebdomadaire de BD et ses liens avec le parti communiste français / Maël Rannou. PLG, DL 2022

La proximité de Pif gadget avec le avec le Parti communiste français est  connue mais souvent considérée comme un élément sans grande influence sur le magazine. Maël Rannou, spécialiste de la bande dessinée et du fanzine, remet en question cet a priori en observant Pif gadget sous divers angles, de sa naissance en 1969 à sa mort en 1993. À la fois historique et thématique, Pif gadget et le communisme s’intéresse au rôle du Parti dans la gestion du magazine, au rapport que les auteurs entretiennent – ou non - avec le communisme, ainsi qu’aux liens du journal avec les pays « amis ». Il examine également en quoi les thématiques abordées, le traitement des héros et même dans certains cas les gadgets révèlent les valeurs prônées par le journal : lutte contre les puissants, internationalisme, esprit scientifique, mise à distance de l’américanisme, antiracisme.

S’appuyant sur de nombreux entretiens avec les acteurs du journal, illustré avec soin, clair et accessible, Pif gadget et le communisme éclaire l’hebdomadaire de bandes dessinées sous un nouveau jour.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Place aux femmes !

 Place aux femmes !  60 dessins de presse / Cartooning for peace, Gallimard, 2018

La collection Cartooning for peace dédiée au dessin de presse s’attaque cette fois à la question de la valeur et du statut des femmes. Présenté par Elisabeth Badinter, grande figure du féminisme, qui rappelle l’historique et l’actualité du combat des femmes, ce petit livre est magnifiquement illustré par des dessins du monde entier. Tous les sujets sont abordés, salaire, travail domestique, scolarisation, études, poids de la religion, excision, avortement, viol, pour dire que la lutte des femmes  est universelle et jamais terminée, aucune liberté n’étant définitivement acquise. Percutant !

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Plantu, Reza : regards croisés

 Plantu, Reza : regards croisés / Plantu (dessins) ; Reza (photographies) ; Pierre Bongiovanni (introduction), Gallimard, 2021

Fruit d’une collaboration entre le dessinateur Plantu et le photojournaliste Reza, cet ouvrage croise deux regards originaux sur le monde contemporain. Guerres, écologie, migrations, condition des femmes, réseaux sociaux, liberté de la presse, sont autant de sujets brûlants qui rapprochent le crayon et l’objectif de ces deux observateurs engagés.

Ayant fait connaissance aux Rencontres internationales du dessin de presse en 2011, Plantu et Reza découvrent la parenté et les résonances de leur vision artistique : ainsi par exemple, à la caricature d’un bourgeois repu utilisant le corps décharné d’un Africain pour se peser (Plantu, 1984) fait écho la photographie du corps squelettique d’un jeune Somalien victime de la famine (Reza, 1989).

Les deux artistes décident alors de faire œuvre commune en mêlant leurs approches respectives : dessin d’un côté, photographie de l’autre, fondus dans une même image. Révélant deux visions aussi différentes que complémentaires, ces images hybrides donnent à voir une lecture du monde humaniste, appelant au dialogue et dénonçant les injustices. La caricature met en exergue certains éléments contenus dans les clichés, à l’instar des fumées d’usines à l’arrière-plan d’un paysage, qui deviennent sous la plume du caricaturiste un épais nuage recouvrant la surface de la Terre. Ces « frères d’encre et d’images », comme les surnomme le critique Pierre Bongiovanni, invitent le lecteur dans un voyage qui est, aussi et surtout, une ode à la fraternité.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Le Point

 Hebdomadaire

Le journal Le Point a fêté ses cinquante ans le 25 septembre 2022. Le magazine est lancé en 1972 par des dissidents de L'Express, Olivier Chevrillon et Claude Imbert, qui reprochent à son fondateur JeanJacques Servan-Schreiber d'utiliser trop largement L'Express pour diffuser ses idées politiques. Dans la lignée de L'Express, Le Point  reste un « news magazine » inspiré du Time américain.

Situé au centre droit, il est diffusé en 2022 à 308 000 exemplaires, ce qui fait de lui le premier hebdomadaire français d'information générale devant L'Obs (205 000 ex.) et Courrier international (158 000 ex.). Le Point est dirigé par le journaliste Étienne Gernelle, qui succèda à Franz-Olivier Giesbert en 2014 ;  il appartient depuis 1997 au groupe Artémis du milliardaire François Pinault. 

Le Point s'ouvre sur l'éditorial de Franz-Olivier Giesbert, suivi d'un second éditorial d'Étienne Gernelle ; pas moins de 4 ou 5 éditoriaux suivent. Comme ses concurrents L'Express et L'Obs, les rubriques du Point s'articulent autour d'un grand dossier d'actualité annoncé en couverture ; tous les aspects de l'actualité sont couverts : actualité nationale et internationale, société, économie, sciences, culture, mode et gastronomie. Le magazine se clôt sur « Le Postillon », un espace de débat qui se veut ouvert à toutes les tendances idéologiques ou politiques.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Politis

 Hebdomadaire

Politis se définit comme un journal de combat, soucieux de « croiser les préoccupations sociales et environnementales ». Cet hebdomadaire d’actualité est fondé en 1988 par une équipe de journalistes réunis autour de Bernard Langlois, un des membres fondateurs d’Attac. Analyses, enquêtes, reportages, culture : les rubriques régulières s’articulent autour d’un grand dossier d’une vingtaine de pages consacré à un fait politique, social ou environnemental. Indépendant et sans publicité, s'appuyant sur un faible nombre d’abonnés, Politis se heurte régulièrement à des difficultés financières. Placé en redressement judiciaire en 2006, le journal fonde une association de lecteurs, Pour Politis, qui devient son actionnaire majoritaire. Politis fera à nouveau appel aux dons en 2015 puis à l’automne 2021.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Polka magazine

 Trimestriel

« Polka, le magazine de toutes les photographies », c’est le manifeste de ce titre lancé en 2007 par Alain Genestar, ancien directeur de la rédaction de Paris Match. Sur un rythme trimestriel en 200 pages, le magazine explore toutes les facettes de la photographie via le reportage, le récit, l’exploration, des portraits, de la recherche. Polka c’est aussi de nombreux articles sur son site web et une galerie faisant office de librairie de photographie, située à Paris, dans laquelle sont exposées des figures renommées du monde de la photo. Martin Parr est l’invité du dernier numéro. On y trouve aussi un portfolio sur les cours de Budapest, un portrait de Zinedine Zidane, un reportage le long du train Cevenol.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Pour l'éco

 Mensuel

Pour l'éco est un magazine mensuel consacré aux sciences économiques et sociales. Sous-titrée « Comprendre c'est réussir », cette revue s'adresse aux lycéens et étudiants et plus largement à tous ceux qui cherchent une approche accessible et ouverte des questions économiques. La maquette est aérée et fait largement recours à l'illustration, à l'infographie et aux cartes. Le magazine est rédigé par des journalistes spécialisés dans l'économie, des professeur et des experts. Il est prévu d'associer lycéens et étudiants dans la rédaction des contenus. Pour l'éco est organisé en plusieurs rubriques : « Antisèche » (questions de cours, coin des chiffres, le sens des cartes etc.), « Le dossier », « Comment ça marche », « Boulevard du risque » (cas d’entreprise), « Le futur aujourd’hui » (technologies et emploi), «  Ça clashe » (débats), « Bulles d'éco » (une problématique traitée sous l'angle de la bande dessinée). Vous l'aurez compris, la démarche est volontairement pédagogique.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

La presse en France des origines à nos jours

 La presse en France des origines à nos jours : histoire politique et matérielle / Gilles Feyel. Paris : Ellipses, 2023

Quelles furent les grandes étapes de l’évolution qui a conduit des gazettes de l’Ancien Régime à la grande presse d’information des années 1880-1930,  puis après 1944 aux presses quotidiennes et magazine des « Vingt glorieuses » (1953-1972), pour aboutir à la presse des années incertaines, voire difficiles, de 1973 à 2022 ? En 400 pages, l’historien des médias Gilles Feyel se propose de faire la synthèse de quatre siècles d'une histoire mouvementée qui accompagne l'évolution politique, sociale et économique de la France. Suivant une progression chronologique, l’auteur étudie à la fois l’élargissement du lectorat, le rôle politique de la presse, les formes qu’elle prend, les innovations techniques et les contraintes économiques qui pèsent sur les journaux : Revendiquant le sous-titre de l'ouvrage, il livre effectivement une « histoire politique et matérielle » de la presse.

Dans cette édition augmentée de La presse en France des origines à 1944 (2007),  Gilles Feyel réussit à nouveau une synthèse riche et précise qui s’appuie sur de nombreux travaux universitaires. Si La presse en France des origines à nos jours s’adresse en premier lieu aux étudiants en information et communication, l’ouvrage intéressera aussi le lecteur curieux du monde de la presse.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Presse et bande dessinée

Presse et bande dessinée : une aventure sans fin / sous la direction d'Alexis Lévrier et Guillaume Pinson. Les Impressions nouvelles, 2021.

L' ouvrage collectif Presse et bande dessinée aborde les les liens qu'entretiennent presse et bande dessinée depuis le XIXe siècle, dans une approche globale, qui va de l'histoire de la BD au reportage dessiné en passant par la figure du reporter. Trois grands chapitres structurent le livre, chacun composé de contributions de chercheurs de disciplines et d'horizons variés, qui adoptent un point de vue tantôt général, tantôt plus pointu, examinant un auteur, un personnage, ou une série en particulier.

Le premier chapitre, qui se penche sur les liens historiques de la bande dessinée avec les journaux, étudie notamment la caricature au XIXe siècle, la bande dessinée franco-belge ou Le Concombre masqué et les journaux qui l'ont publié. L'ouvrage aborde ensuite la représentation des journalistes et de la presse : Tintin reporter et Le petit Vingtième, le personnage du journaliste dans la BD de 1950 à 1980, l'imaginaire médiatique des Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec... La troisième partie, sur le reportage dessiné, s'intéresse par exemple à une chronique publiée en BD par le quotidien israélien Ha'aretz, à la représentation des journalistes de guerre dans DMZ et Civil War: Front Line, ou à la presse jeunesse d'actualité et de reportage. Tout en conservant une rigueur universitaire, la plupart des textes sont accessibles à un amateur curieux et l'ouvrage est illustré de nombreuses reproductions en couleurs.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

La presse quotidienne régionale

 La presse quotidienne régionale / Franck Bousquet, Pauline Amiel, Paris : la Découverte, 2021.

Avec 3,6 millions d'exemplaires vendus chaque jour, la presse quotidienne régionale, désignée aussi par le sigle PQR, est le médium le plus lu en France. Sa particularité est de couvrir à la fois des informations nationales et internationales, tout en accordant une large place à l'information de proximité, ce qui en fait un acteur majeur de la vie locale.

Ces dernières années elle a connu des évolutions extrinsèques considérables, entre l'essor des nouvelles technologies, l'engouement pour les réseaux sociaux, et les rachats de titres de presse que se partagent désormais un nombre restreint de groupes multimédia.

Après avoir dressé un bilan complet de ce modèle éditorial en pleine mutation et en avoir posé les problématiques, Franck Bousquet et Pauline Amiel, auteurs de cet ouvrage et respectivement professeur et maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, s'interrogent sur les évolutions nécessaires à la survie de la PQR dans un contexte contraint, entre lectorat vieillissant et nécessaire adaptation au système mondialisé de l'information.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics.

Presse start

 Presse start : 40 ans de magazines de jeux vidéo en France / Yves Breem, Boris Krywicki , Omaké Books, 2020

Co-écrit par deux spécialistes de la presse vidéoludique et enrichi par de nombreux témoignages d'acteurs du domaine de l'époque, cet ouvrage truffé d'anecdotes raconte sur près de 400 pages l'histoire des magazines de jeux vidéo français. Il débute avec  le lancement du premier d'entre eux, Tilt en 1982 et passe en revue plus de deux cents titres. Au fil des pages, on découvre la concurrence entre les maisons d'édition qui se sont lancées dans l'aventure et on suit l'évolution des technologies informatiques étroitement liée à celle du jeu vidéo. Les auteurs s'interrogent également sur l'avenir incertain de cette presse désormais concurrencée par le web et les influenceurs des réseaux sociaux.

En annexe, une rétrospective des couvertures de magazines, une liste des sources qui ont servi à l'élaboration du texte et un index des personnes citées ou interrogées viennent compléter ce livre.

Les auteurs :

Yves Breem est le spécialiste de la presse jeu vidéo de l'association MO5.COM. Il donne régulièrement des conférences sur le sujet. Boris Krywicki mène à l'Université de Liège une thèse sur les techniques d'enquêtes des journalistes spécialisés en jeux vidéo. Il a participé au « Manuel d'analyse de la presse magazine » (Armand Colin, 2018).

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Private eye

 Bimensuel

Private Eye est un magazine satirique britannique né en 1961. Il paraît tous les 15 jours. Ian Hislop en est le rédacteur en chef depuis 1986. Ian Hislop a été un des auteurs de l'émission satirique de la BBC « Spitting Image » qui a largement inspiré les créateurs des Guignols de l'info sur Canal +. Il officie dorénavant dans l'émission satirique de la BBC, « Have I Got News for You ». Il est aussi le commissaire d'une exposition du British Museum sur la dissidence : I object: Ian Hislop’s search for dissent ? . Petit frère féroce du Canard Enchaîné, Private Eye ne ménage ni la scène politique britannique ni la scène médiatique. Les nombreux déboires du magazine avec la justice britannique et les condamnations qui en découlent en attestent. Mots croisés, dessins de presse, sélections de perles dans la presse et les médias côtoient la satire et la caricature. Á noter, le magazine accorde aussi une place importante au journalisme d'enquête, notamment sur des affaires de corruption.

Vous pouvez savourez le ton moqueur de Private eye en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Prof : une journaliste en immersion

 Prof : une journaliste en immersion / Anna Benjamin, éditions Goutte d'or, 2023

Les métiers de l’enseignement n’attirent plus, pire encore, les démissions se multiplient. Pour pallier la pénurie criante de professeurs, l’État a choisi de faire appel à des contractuels qui sont recrutés au cours de « jobs dating » et aussitôt affectés en milieu scolaire. C’est ainsi qu’Anna Benjamin, journaliste spécialisée dans l’éducation, a été embauchée après un entretien de 30 minutes. Elle a alors pu se glisser pendant 6 mois dans la peau d’une enseignante afin d’en connaître le quotidien. Tout d’abord envoyée dans un établissement réputé privilégié, puis en réseau d’éducation prioritaire en Ile-de-France, elle a pu expérimenter les multiples facettes de la profession dans des milieux sociaux différents. Avec ce témoignage la journaliste nous propose de partager une réalité professionnelle souvent méconnue, où il faut être à la fois « prof, psy, assistant social et flic ». 

Psikopat

 Mensuel

314 numéros, 33 années d’existence, le magazine de bande dessinées Psikopat tire sa révérence avec le numéro de janvier 2019.  Dans ce journal  fondé par l’auteur de BD Carali, un thème en lien avec l’actualité est abordé tous les mois par différents dessinateurs et chroniqueurs. Psikopat a connu plusieurs vies. Le prototype est né dans les pages de l’Echo des Savanes sous la forme d’une rubrique dessinée par Carali. Une première formule sous le nom de Petit Psikopat Illustré sévit entre 1981 et 1985 avec des auteurs issus de Charlie Hebdo, Fluide Glacial, Hara-Kiri comme Wolinski, Willem, Gébé, Shlingo ou encore Binet. Des auteurs tels que Roland Topor ou encore Robert Crumb apportent leur contribution. Le magazine devient Le Petit Psikopat, puis Psikopat en 1989 dans la forme que nous lui connaissons. Laboratoire, le journal accueille de jeunes talents comme Lewis Trondheilm ou Patrice Killofer.

Quand l'info épuise

 Quand l'info épuise : la fatigue informationnelle / Guanaëlle Gault ; David Medioni. Editions de L'Aube ; Fondation Jean Jaurès, 2023

Êtes-vous fatigué en raison de la fréquentation des médias ? Lassitude, saturation, décrochage. Dans ce brouillard, le petit ouvrage de Guénaëlle Gault et David Medioni  sur la fatigue informationnelle apporte d’utiles repères et ouvre des perspectives de solutions. 

Ce livre s’appuie sur l’étude menée par la fondation Jean Jaurès, l’Obsoco (Observatoire Société et Consommation) et Arte, Les Français et la fatigue informationnelle (2022). Pour cette étude, un échantillon représentatif des Français a été soumis à un questionnement détaillé. Le constat qui en découle est que la moitié des personnes interrogées souffrent d'un trop plein d'informations, ce qui conduit 77% d'entre elles à limiter leur recherche d'informations ou à cesser de s'informer. Un volume d'informations qui croît de manière exponentielle, la multiplication des manières de s'informer, la peur de manquer quelque chose, le sentiment de voir toujours les mêmes informations, la marchandisation de l'attention, l'hystérisation des débats : les causes de cette fatigue sont nombreuses. Comment y remédier ?

Pour les auteurs, il existe des solutions, à condition que citoyens, médias et pouvoirs publics décident de lutter, chacun à leur niveau. Du côté des citoyens, mettre en place une « autosurveillance accrue » de son exposition à l'information en sélectionnant les informations utiles, intéressantes, en choisissant ses médias. Du côté des médias, sortir de la logique de flux et de scrolling pour réinvestir la logique de programmation et de hiérarchisation. Quant aux pouvoirs publics, ils peuvent agir notamment au niveau de l'éducation aux médias et de la régulation de l’économie de l’attention sur laquelle prospèrent les médias sociaux.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Qu'est-ce que l'actualité politique ?

Qu'est-ce que l'actualité politique ? Evènements et opinions au XXIe siècle, essai / Luc Boltanski et Arnaud Esquerre. Gallimard, 2022

 Dans cet essai, les deux sociologues Luc Boltanski et Arnaud Esquerre articulent deux procédés, mise en actualisation et politisation, complémentaires dans la formation de l'opinion politique et la transformation de l'évènement en objet social. Leur analyse porte sur deux mois de commentaires de lecteurs du journal Le Monde sur le site LeMonde.fr, tant ceux acceptés que ceux rejetés par la modération ; ainsi que sur les commentaires de deux chaines Youtube mises en ligne par l'Ina (Institut national de l'audiovisuel). La réflexion des deux chercheurs porte autant à voir la formation des « opinions » que l'effet de masse des réseaux sociaux ; elle porte aussi un éclairage sur la démocratie « telle qu'elle est ».

Dans les deux parties de l'ouvrage « Etre plongé dans l'actualité » et « Politisation », les auteurs restituent le processus de l'évènement, son rôle dans la formation des générations (et donc le rôle du politique dans la vie sociale) ; ils rendent également compte des relations entre un journal et ses lecteurs à travers l'exemple du Monde, de la politisation de l'actualité, du rôle et de l'utilisation du « on ». Tout à la fois livre sur la presse et livre sur la formation de l'opinion politique, l'essai montre le rôle fondamental de l'actualité dans nos vies quotidiennes. 

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Qui veut la peau du dessin de presse ?

 Qui veut la peau du dessin de presse ? : abécédaire critique pour défendre la liberté d'expression / Fabienne Desseux, Cami, Urbs. Eyrolles, 2022

C’est sous la forme d’un abécédaire que l’autrice et journaliste Fabienne Desseux a choisi de se faire l’avocate du dessin de presse. Cette thématique lui tient indéniablement à cœur, puisqu’en 2019 elle avait écrit un ouvrage intitulé Traits engagés, dans lequel elle donnait la parole à des dessinateurs œuvrant dans les médias. Cette fois, elle analyse les différentes attaques dont le dessin de presse a fait l’objet ces dernières décennies. Entre dictats des réseaux sociaux et nouvelles censures tels le wokisme ou la cancel culture, l'autrice démontre comment notre société ultra-aseptisée a rendu complexe l’exercice de cet art journalistique. Elle pointe également la précarisation du métier qui rend les dessinateurs plus vulnérables aux multiples pressions, tout en dénonçant l’ambivalence du milieu, qui a aussi selon elle sa part de responsabilité.

Cet état des lieux sans concession est illustré par 52 dessins originaux des dessinateurs de presse Cami et Urbs.

Qui veut la peau du dessin de presse ? et Traits engagés sont disponibles en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Le quotidien d'Oran

Quotidien

Le quotidien d’Oran est un journal d’informations générales algérien. Fondé en 1994 à Oran par un groupe de 87 citoyens en tant que quotidien régional indépendant, il devient quotidien national en 1997. C’est le premier journal francophone en Algérie des années 2000 aux années 2010, période pendant laquelle il devance El Watan avec un tirage supérieur à 180 000 exemplaires.

Le quotidien d’Oran traite de l'actualité nationale et internationale, économique, sportive et culturelle. Une double-page intitulée « Oran et Oranie » rapporte les informations régionales. Le journal du jeudi sous-titré « L’actualité vue autrement » est réservé aux débats. Des écrivains, des universitaires, des intellectuels algériens y abordent toutes sortes de sujets comme la fraude en entreprise ou encore le serment de Théophraste, l’équivalent du serment d’Hippocrate pour les journalistes. Ce serment tient son nom de Théophraste Renaudot, le fondateur en 1762 premier journal français, la Gazette de France. En dernière page du journal, on retrouve chaque jour la chronique caractéristique du Quotidien d’Oran « Raïna Raïkoum », littéralement « Notre opinion / Votre opinion », qui a notamment été tenue par Kamel Daoud, l'auteur du roman Meursault contre-enquête.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand), bibliothèque tous publics).

Raconter la guerre

 Raconter la guerre : une histoire des correspondants de guerre / Adrien Jaulmes. Paris : Équateurs, 2021

Roger Fenton, Churchill, Albert Londres, Martha Gelhorn, Joseph Kessel, Gerda Taro...  Adrien Jaulmes raconte l'histoire de ces correspondants de guerre photographes, écrivains ou cinéastes devenus célèbres, mais aussi de ceux restés anonymes, des années 1850 à nos jours. Riche de nombreux textes issus de reportages, de témoignages et d'illustrations, l'ouvrage décrit de manière vivante et pédagogique les contraintes des conflits, à la fois communs et différents, le besoin d’être là au plus tôt et au plus près pour voir, écrire ou dire, et diffuser quelles que soient les conditions ce que bon nombre d’acteurs n’ont pas envie d’entendre. C'est aussi 'évolution du reportage de guerre que nous découvrons, qui suit de moins en moins les états-majors et de plus en plus les combattants et les populations pour témoigner de pans d’histoire auxquels les correspondants de guerre ne survivent pas tous. Raconter la guerre d'intéresse aussi à l'évolution des  techniques et du matériel, de la machine à écrire, des appareils photo, enregistreurs et caméras aux nouvelles technologies.

Lauréat du prix Albert-Londres en 2002 et du prix Bayeux Calvados des correspondants de guerre en 2007, Adrien Jaulmes est grand reporter au Figaro.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Réforme

 Hebdomadaire

Lancé en 1945 par le pasteur et théologien Jean Bosc, Réforme se présente comme « l’hebdomadaire protestant d’actualité ». La publication s’ouvre généralement sur un débat de société éclairé dont elle rend compte en l’éclairant du point de vue d’un.e théologien.ne ou d’un.e pasteur.e. L’actualité politique et économique française et internationale est également couverte. Les pages culturelles chroniquent livres, films et documentaires tout en présentant un agenda radio et télé. La publication met également en avant des initiatives protestantes ou brosse le portrait d’une personnalité protestante. Réforme fait la part belle aux questions religieuses et théologiques. Chaque semaine, un extrait de la Bible est commenté tandis que philosophes et pasteur.es nourrissent les colonnes des rubriques Religion et Théologie autour de thématiques courant sur plusieurs numéros (Sciences, foi et création, Amour, désir et beauté dans la Bible) dans une approche œcuménique et dépassant une approche étroitement confessionnelle.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Regain

 Déjà 7 numéros pour le magazine trimestriel Regain. Lancé en 2018, il est dédié à la nouvelle génération paysanne, à la cohorte de ceux qui quittent la ville pour s'installer à la campagne. Évidemment, le nom du magazine reprend celui du d'un roman de Jean Giono, Regain, qui a pour thème la désertification d'un village et sa renaissance. Le regain c'est aussi le nom donné à l'herbe repoussant après un fauchage. Chaque numéro du magazine est organisé en trois sections : Parcelle I, II et III. Parcelle I propose des actualités, des portraits, rend compte des évolutions des techniques agricoles, s'intéresse à la biodiversité et un présente un focus sur un village et ses personnalités. Parcelle II s'attache plus aux problématiques du monde paysan, aux différentes déclinaisons de ce mode de vie et à ses symboles. Enfin Parcelle III est consacré aux savoir-faire, aux produits et à l'agriculture biologique.

Regain n'est plus disponible en salle de la Presse.

Regards

 Trimestriel

Le trimestriel Regards se proclame « indépendant et engagé depuis 1932 ». Il revendique ainsi l’héritage du premier Regards, mensuel fondé en 1932 par le Secours ouvrier international, sous le titre Regards sur le monde du travail. D’obédience communiste, le journal prend le titre de Regards en 1933 et deviendra un pionnier du photojournalisme français.

Après plusieurs vies, une nouvelle formule du magazine est lancée en 2013. Magazine engagé, l'intention est « d’interroger vivement l’espace politique dans lequel nous nous situons : la gauche de gauche » et se présente comme « un trimestriel qui ne veut rien moins que contribuer à dynamiter la gauche qui ne peut plus grand-chose. Et dynamiser celle qui veut encore changer le monde et chacun de nous. » Regards appartient aux salariés du journal via une Société coopérative et participative (Scop), les éditions Regards, dont Clémentine Autain est la gérante. La photo reste très présente dans les 100 pages du magazine, dans les enquêtes et les reportages mais aussi par la rubrique « L’image », qui décrypte une photo choisie  non seulement pour son aspect esthétique mais aussi pour ce qu’elle dénonce, parfois implicitement.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Reliefs

 Semestriel

Reliefs est une revue semestrielle indépendante sur le thème de l'exploration et des milieux naturels, au carrefour de l'aventure, de la géographie, des sciences et des lettres. Sur 200 pages magnifiquement illustrées, la revue nous emmène sur les traces des grands voyageurs d'hier et d'aujourd'hui. Chaque numéro comporte un grand dossier thématique : abysses, tropiques, pôles, galaxies... Les contributeurs viennent de tous horizons : scientifiques, historiens, géographes, journalistes, écrivains, artistes et photographes. Dans le numéro 7 de 2018, consacré aux rivages, on trouve des articles sur la biodiversité du littoral, la montée des océans, des infographies sur les marées et les espèces en voie de disparition, mais aussi des textes de Leconte de Lisle ou de Michelet et une playlist sur le thème du rivage.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Repères 2

 Repères 2 : 2000 nouveaux dessins pour comprendre le monde / Jochen Gerner, Casterman, 2020

Jochen Gerner est l'auteur de la frise dessinée « Repères », publiée chaque semaine dans le journal Le 1. Destinée à mettre en perspective le sujet auquel le numéro du 1 est entièrement consacré, cette frise a été confiée dès la création du 1 à cet illustrateur, dessinateur de presse, auteur de bandes dessinées et plasticien, qui collabore également au Monde et au New-York Times.

Ce deuxième recueil de ses « Repères » reprend la quasi intégralité des planches parues entre mai 2017 et avril 2020, des débuts du quinquennat d'Emmanuel Macron au choc du Covid-19. A l'aide de quelques vignettes d'un dessin à la ligne claire héritée de la bande dessinée franco-belge, des inégalités de salaire entre les sexes à la persécution des juifs par les nazis en passant par le Royaume-Uni et l'Union européenne, il parvient à nous raconter avec humour et concision l’économie, l’histoire, la France, l’Europe, le monde, les sciences.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Résidence autonomie

 Résidence autonomie / Eric Salch. Dargaud, 2023

Avec un humour implacable, le bédéaste Eric Salch nous plonge dans le quotidien d’une résidence pour personnes âgées, raconté au jour le jour par son ami Marc H. nouvellement employé dans cet établissement. Sans aucune préparation, Marc se retrouve « agent social » en résidence autonomie, un établissement qui offre une alternative entre le maintien à domicile et l'EHPAD.  En théorie, le rôle de Marc est d'accompagner les résidents dans leur quotidien ; en réalité, il fait plutôt le travail d'un infirmier. Marchant jusqu'à 25 km par jour, Marc découvre les cuisines, la salle à manger, l’ascenseur, les chambres, puis les habitants qui hantent ces lieux. Entre les embouteillages de déambulateurs, les chutes de lit, les couches à changer, la nourriture renversée, les crises de jalousie ou les pertes de mémoire des locataires pas si autonomes que ça, gérer les relations avec les résidents est tout un art. Les situations burlesques, pathétiques ou sordides auxquelles Marc est confronté sont l'occasion pour Salch de chercher le rire du lecteur sans pour autant tomber dans la moquerie gratuite. Fidèle au style direct qui lui a ouvert les portes de Fluide glacial et de Charlie Hebdo, le bédéaste dresse un portrait cru du métier et de ses dysfonctionnements. Entre rire jaune et humour noir (deux couleurs déclinées tout au long de l'album), on sort de Résidence autonomie effrayé, bousculé, et finalement ému. 

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

La Revue Dessinée

 Trimestriel

La Revue Dessinée est une revue de journalisme active depuis 2013. Sur un rythme trimestriel, en mode graphique, elle donne à voir des reportages, des enquêtes, des regards dans une démarche qui s’affranchit de la temporalité de l’actualité en continu. Toutes les thématiques y sont abordées, de l’économie à l'écologie, la politique, la société, la musique, le cinéma, les guerres ou les utopies.

Chaque sujet est traité conjointement par un journaliste et par un dessinateur, ce qui donne à l’ensemble une multitude de points de vue dans l’écriture et dans le graphisme. Sur 228 pages bien rythmées, tous les styles de la bande dessinée sont exploités, du comic strip à l’humour, avec ou sans bulles, avec onomatopées et emanata*. Engagé, le travail journalistique est rigoureux, les informations sont vérifiées, contextualisées et synthétisées. Enquête, reportage en immersion, recueil de témoignages, chroniques, points de vue, toutes les formes d’écriture journalistique sont exprimées au travers du dessin.

*emanata : signes symboliques (traits de vitesse, gouttelettes de sueur) "émanant" d’un personnage pour manifester une émotion ou un mouvement

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Rolling blackouts

Rolling blackouts : dépêches de Turquie, de Syrie et d'Irak / Sarah Glidden, Glénat, 2017

Dans ce reportage dessiné, l’américaine Sarah Glidden accompagne deux amis journalistes dans leur recherche de reportages potentiels sur les conséquences de la seconde guerre du Golfe et sur les réfugiés au Moyen-Orient. Un ami d’enfance de l’auteur accompagne le trio et apporte son point de vue d’ancien Marine engagé dans la région. En Turquie, en Syrie et en Irak, ces observateurs rencontrent civils, réfugiés ou officiels : qu'il s'agisse d'un bloggeur irakien, d'un administrateur de l'ONU, d'un chauffeur de taxi ou de réfugiés, tous ont quelque chose  à raconter. Au-delà de la restitution de ces récits, Sarah Glidden s’interroge sur ce qu’est le journalisme narratif : comment façonner une histoire agréable à lire sans trahir la vérité des événements et des dialogues ? Quelle est la part de l’interprétation du reporter ? Et celle de la personne qui raconte ses souvenirs ?

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Robinson à Pékin

Robinson à Pékin : journal d'un reporter en Chine / scénario, Éric Meyer ; dessin et couleur, Aude Massot. Urban comics, 2021

En 1987, le journaliste Éric Meyer débarque en République Populaire de Chine pour s’y installer quelques mois comme pigiste pour des médias français. Séduit par la culture chinoise, il  y restera plus de trente ans. Robinson à Pékin raconte les deux premières années de séjour du journaliste, mises en images par Aude Massot : l’enthousiasme de la découverte, le choc culturel, mais aussi les pièges tendus par le régime ou le contrôle social de la « dictature démocratique populaire » sur la population chinoise. Mais ce qui va surtout marquer Éric Meyer c'est le « printemps de Pékin », qu'il nous fait vivre de sa place de témoin : les milliers de manifestants étudiants qui demandent une plus grande ouverture démocratique, l'espoir de changement qui gagne toute la ville, puis les chars, la répression sanglante et l'interdiction de communiquer faite aux journalistes étrangers.

En accès libre en salle de la Presse (BnF François-Mitterrand, bibliothèque tous publics).

Rustica

 Hebdomadaire

Le magazine Rustica fête ses 90 ans en 2018. Au moment de son lancement en 1928, l'hebdomadaire Rustica traite de la campagne en général ; il se consacrera ensuite entièrement au jardinage et au bricolage dans leur aspect pratique. Toute l’année 2018, à l’occasion de son anniversaire, Rustica ouvre ses archives. Parcourir celles-ci offre un regard singulier sur les évolutions du rapport à la campagne et au jardin : l’émergence de l’agriculture biologique, l’abandon des engrais chimiques et de certaines techniques, le développement des plantes médicinales et des plantes d’intérieur. Certains sujets traversent les années, comme la question de la taille et la culture des roses. Si Nicolas le Jardinier, grande figure télévisuelle, a longtemps était le rédacteur en chef de Rustica, c’est aussi dans ce journal que le dessinateur de presse Georges Wolinski a publié ses premiers dessins.

En 2019 Rustica a été retiré des collections de la salle de la Presse.